Montpellier tout en puissance

  • Montpellier tout en puissance
    Montpellier tout en puissance
Publié le

Les Héraultais restent sur une impressionnante série de sept victoires consécutives (six en Top14) avant leur déplacement au Stade Français dimanche. Seconds du Top14, ils veulent poursuivre leur montée en puissance mais restent méfiants. Car ils craignent la réaction d’orgueil des Parisiens. Un piège en eaux troubles.

Voyageurs décomplexés

 

Le duel à distance avec Clermont-Ferrand est intense. Le MHR, qui s’est qualifié pour les demi-finales de la Challenge Cup à Sale vendredi dernier (il recevra Newport le samedi 23 avril), reste sur six succès consécutifs en Top14. Un de moins que les Auvergnats auteurs de sept victoires d’affilée. Et bientôt huit, puisque la réception d’Agen au Michelin samedi paraît déjà jouée d’avance. Là où le déplacement de Montpellier au Stade Français dimanche reste indécis. Alors, jusqu’à quand la série d’invincibilité héraultaise va-t-elle durée ? « Jusqu’au soir du 24 juin prochain ! », lâche dans un sourire Jake White. Le technicien sud-africain fait référence à la finale du Top14 qui se jouera au Camp Nou à cette date.

Redevenu sérieux, il parle des bienfaits de cette série sur tous les plans : « C’est une très bonne chose pour la confiance du groupe, nos supporters, notre président… Le club s’est qualifié pour la première fois de son histoire pour demi-finale de la Challenge Cup et a désormais de grandes chances d’atteindre la finale. Mais je sais désormais qu’il est aussi difficile de penser gagner tous les matchs. Il faut garder les pieds sur terre. C’est mon message pour le groupe. Il faut apprécier cette période sans s’enflammer. Même si je pense qu’il est possible de poursuivre cette série. »

Un discours placé entre ambition et prudence qui traduit parfaitement l’état d’esprit du groupe héraultais à l’heure d’aller défier le Stade Français dans son antre. Une bête blessé dont White se méfie : « C’est tout le temps difficile à Paris, quelque soit leur situation. Beaucoup de gens disent que c’est le bon moment car ils viennent de perdre à Leicester. Mais souvent après une lourde défaite, un groupe change de mentalité et retrouve de la cohésion. Et peut-être que le Stade français pense que c’est l’occasion de se relever face au second du Top14. »

 

Duels sud-africains !

Ce déplacement dans la Capitale est-il une priorité comptable pour le MHR ou servira-t-il de préparation pour le choc européen face à Newport : « A mon sens, les deux. La cohésion du groupe est excellente en ce moment et j’ai donc voulu aider l’équipe à gagner les deux matchs. Car je ne veux pas qu’on laisse passer des opportunités en ce moment. La mayonnaise a pris et je veux que cela continue. » Une façon indirecte de dire que les Héraultais ont ciblé ce match à l’extérieur qui semble être le plus abordables des trois derniers. Car ils iront ensuite à La Rochelle où tous les cadors du championnat se sont cassés les dents. Puis au Racing 92 lors de la dernière journée, où les deux formations pourraient jouer leur destin.

Montpellier vise désormais les sommets et ne s’en cache plus. Surtout que les voyages lui réussissent très bien cette saison. Les Cistes ont déjà décroché six victoires à l’extérieur en Top14 (Bordeaux, Grenoble, Clermont, Toulouse, Oyonnax et Agen) : « Les matchs à l’extérieur nous ont maintenus dans la course cette saison et ont même lancé notre série de victoires. Le coach (White) a amené sa philosophie. On ne se pose plus la question domicile ou extérieur désormais et on met la même intensité partout pour gagner. Nous voulons donc continuer à décrocher le maximum de points à l’extérieur. Même si nous restons très méfiants par rapport à la réaction d’orgueil des Parisiens, qui gardent une très belle équipe malgré leurs résultats décevants », note Kélian Galletier.

Dimanche, l’opposition entre deux équipes aux dynamiques opposées promet donc d’être très relevée. En conquête notamment, où Parisiens comme Montpelliérains misent sur la puissance de leurs avants. Plusieurs duels s’annoncent intenses, notamment entre deux numéros huit d’exception, Sergio Parisse et Pierre Spies. Le dernier cité parle aussi de plusieurs joueurs sud-africains que le MHR devra surveiller de près : « J'ai joué de nombreuses fois aux côtés de Morne Steyn, Jono Ross et Willem Alberts. Willem est super costaud, un sacré joueur. Il aime porter le ballon, c'est un attaquant qui possède une puissance exceptionnelle en plus d'être un gros défenseur. Jono aussi est un grand troisième ligne, et je crois qu'il est à son meilleur niveau depuis qu'il joue pour Paris. Ca fait un moment que je n'ai pas joué avec ces mecs, mais nous avons tous de très bons rapports. Il y aura pas mal de Sud-africains sur le terrain, il y a des chances que ça parle un peu Afrikaans ! » Le langage de la victoire pour Montpellier…

 

Par Julien LOUIS

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?