Laporte présente son programme

  • Laporte présente son programme
    Laporte présente son programme
Publié le , mis à jour

C’était la mi-temps de sa campagne électorale et Bernard Laporte voulait frapper un grand coup. A Bègles, il a dévoilé son programme en 44 points. 

Il avait choisi Bègles pur dévoiler son programme. Beranrd Laporte avait des tremolos dans la voix quand il évoqua le stade où il démarra sa carrièe de joueur de haut niveau en 1987 sous l’égide d’un certain André-Moga dont le buste accueillait les 150 passionnés venus à cette réunion publique mémorable. Debout au pupître, avec une aisance assez stupéfiante, et sans bafouiller , il a détaillé chacune de ses 44 propositions. Evidemment, on ne les détaillera pas toutes ici : disons que la première prône la dissolution du Comité Directeur de la FFR au profit d’un CNSR, Conseil National Supérieur du Rugby avec un tiers de siège pour les clubs et un tiers pour les président des ligues régionales ; et que la dernière concerne le passage du XV de France dans les DOM-TOM en marge de ses tournées estivales. Les DOM–TOM et le rugby féminins occupèrent d’ailleurs plus d’une dizaine de ces 44 points.

Mais évidemment, Bernard Laporte traita aussi de sujets plus brûlants, le fameux vote décentralisé d’abord, facteur cardinal du verdict de l’élection. Bernard Laporte veut l’instaurer et l’utiliser dès le mois de décembre, il compte aller au tribunal pour ça. Il a aussi souligné que le pouvoir en place y avait renoncé par peur de la défaite : "Le président actuel m’a dit qu’il en avait parlé au ministe des Sports, mais quand j’ai vu le ministre, il m’a dit que personne ne lui en avait parlé. Ce n’est pas correct." Bernard Laporte a aussi évoqué les grands sujets du rugby français : abandon du Grand Stade, contrats fédéraux pour les internationaux pendant six mois ; limitation des joueurs non sélectionnables dans les clubs professionnels et de l’Elite ; suppression du match professionnel du dimanche après-midi qui fait trop de mal aux recettes des clubs amateurs. Avec la foi du charbonnier, l’ancien sélectionneur a détaillé, anecdotes à l’appui, chacune de ses mesures. Il était en super forme, digne de l’hommage que lui avait rendu son directeur de campagne, Serge Simon en préambule : « Bernard est fou. J’ai siégé aux Comités Directeurs de la FFR et de la LNR en tant que représentant du syndicat des joueurs. Pas une seconde, je n'avais songé à prendre le pouvoir. On me parlait de forteresses imprenables. Je ne pense pas être fou. Bernard a cette folie, il l’avait déjà comme joueur à Bègles et entraîneur au Stade Français, et dans cette folie, il se fixe des objectifs incroyables. La preuve, pour la première fois de l’Histoire à ma connaissance, il a fait un programme noir sur blanc pour devenir président de la FFR."

 

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?