Pro Rugby: le rêve américain

  • Pro Rugby: le rêve américain
    Pro Rugby: le rêve américain
Publié le , mis à jour

La première compétition professionnelle de rugby disputée en intégralité sur le sol américain débute dimanche. Une expérimentation grandeur nature pour notre sport hors de ses frontières naturelles, dans un pays où le foot us, le basket, le hockey et le base-ball sont rois.

Du rugby aux États-Unis ? C’est le projet fou que s’est lancé l’Amérique du Nord avec USA rugby et World Rugby. Pour concurrencer notre Top 14 légendaire ou encore le Super Rugby, les USA ont, eux décidé, de lancer le PRO Rugby. Comprendre Profesionnal Rugby Organization. Cette première compétition professionnelle de rugby a été fondée le 9 novembre 2015. Elle sera la première à être entièrement jouée sur le sol américain. Mais alors comment s’organise cette nouvelle compétition ?

Comment ça marche ?

Elle va démarrer ce dimanche, 17 avril et se jouera entre cinq franchises d’Amérique du Nord : San Diego, Ohio, Denver, San Francisco et Sacramento. Le calendrier sera constitué de douze matchs au total. Chaque équipe jouera six matchs à l’extérieur et six à domicile. La compétition s’étalera sur seize semaines et se terminera le 31 juillet. Une franchise accueillera trente joueurs, principalement constituée d’Américains et Canadiens. Mais chaque franchise pourra également aligner au maximum cinq étrangers. Techniquement, le vainqueur sera celui qui aura accumulé le plus de victoires sur les douze rencontres car il n’y aura aucun play-offs. Étant donné que la Fédération internationale est partenaire de la compétition, le système de points devrait être le même que lors d’une Coupe du monde.

Par quels moyens ?

Pour développer un sport quasiment inconnu, les Américains ont choisi de recruter des stars internationales. Mils Muliana, Mirco Bergamasco ou encore Takudzwa Ngwenya ont en effet accepté de participer à ce championnat moyennant un bon salaire, versé par la ligue américaine, de 40 000 dollars (environ 35 000 euros) pour les seize semaines de compétition. Les non internationaux seront payés à la journée, et devraient atteindre un total de 25 000 dollars (22 000 euros).

La deuxième solution réside dans une campagne marketing et de marchandising en pleine croissance. Sur le site officiel du PRO Rugby, il est déjà possible de commander les maillots des franchises (à environ 80 dollars). Les places pour les premiers matchs de ce week-end se vendent au prix raisonnable de 25 dollars (22 euros). Enfin, le développement du rugby aux États-Unis passe inexorablement par la diffusion des matchs. La compagnie AOL devrait retransmettre les rencontres en direct sur internet. Il est vrai qu’une diffusion télévisée semble difficile en cette période de play-offs NBA et NHL, les sports roi au pays de l’oncle Sam. La concurrence étant trop forte, la ligue américaine a choisi dans un premier temps le web pour attirer de nouveaux fans.

Et l’avenir ?

Si la compétition ne comporte pour l’instant que cinq franchises, un élargissement est prévu pour 2017. Une franchise canadienne devrait rejoindre l’aventure pour la saison prochaine. Du côté anglais, les London Irish ainsi que les Saracens (qui ont déjà délocalié des rencontres aux États-Unis...) pourraient prétendre à participer à cette compétition dès l’année prochaine. Quand aux stars qui vont intégrer le PRO Rugby, la question tourne autour de leur pérennisation au sein de la compétition. Tout va en effet dépendre, du succès de cet événement.

Par Jessica Fiscal et Kévin Saccani

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?