Tyrosse récite sa dernière prose

  • Tyrosse récite sa dernière prose
    Tyrosse récite sa dernière prose
Publié le

 Le club des Landes à connu pour la première fois la Fédérale 1 en 2006-2007 et ne l’a depuis jamais quittée. Troisièmes provisoires à l'ultime journée de la phase régulière, les Tyrossais sont quasiment sûrs de jouer les huitièmes de finale.

Constamment à la recherche de points pour engranger des victoires, il arrive que le club de Tyrosse fasse bien malgré lui l'objet d'un "buzz".  Ce fut notamment le cas il y a quelques semaines avec une vidéo de bagarre générale survenue lors du match Tyrosse-Mauléon, en mars dernier, qui a fait plus de 30 000 vues sur internet et s’est vue relayée sur l’émission « Touche pas à mon sport », présentée par Estelle Denis. 
Mais actuellement troisièmes avec 54 points, le club de Tyrosse compte bien finir sa saison sur une bonne note. Surtout après leur défaite face à l'avant-dernier de Fédérale 1, le 20 mars dernier, Graulhet :« Ce n'est pas interdit de perdre que je sache, on ne peut pas gagner tout le temps non plus. Graulhet, ce jour-là voulait gagner et ils jouaient la survie sur ce match. Nous pas. Notre irrégularité s'est exprimée sur ce match malheureusement. » pestait l'entraîneur Eric Lamarque. Mais sur l'ensemble de la saison, il faut reconnaitre qu'il serait difficile de faire de faire des reproches à ces Landais. Ils ont en effet largement remporté le derby face à Anglet (36-10) en janvier dernier. Dernièrement, ils ont étrillé Cognac (34-14). Mais le plus beau trophée des Tyrossais reste encore cette victoire décroché à domicile face à Massy en décembre dernier, l'actuel deuxième: « Ce match a été la confirmation que l'esprit tyrossais est toujours vivant pour la réception d'un gros. Certes ceci n'a pas été le cas lorsque nous avons affronté Angoulême. Notre potentiel de jeu peut s'exprimer plus facilement face à des équipes de notre calibre. Quand on joue des équipes dites « professionnelles » pour nous ça devient un peu plus compliqué : la qualité des joueurs n'est pas la même, l'uniformité du jeu peut nous handicapé aussi" explique Lamarque. C'était en effet la première défaite du club de l'Essonne après huit succès de rang.

 

En quête de constance

Ils n'ont cependant pas résisté au leader, Soyaux-Angoulême qui a emporté le bonus grâce à leur victoire 28-0 le 28 février dernier. D'un point de vue général sur leur saison, Eric Lamarque admet un parcours en dents de scie : « Nous avons bien démarré avec quatre victoires. Mais ensuite l'hiver est arrivé et nous sommes devenus beaucoup plus irréguliers. A noter que le niveau de la compétition a évolué aussi en cours de route. »

Il reste une journée au club des Landes, et pas des moindres. Ils se déplacent à Massy et compte bien réitérer leur belle opération de l'aller. Mais l'entraîneu tient à mettre les choses au clair quand aux attentes de ce match : « La question qui se pose tout d'abord c’est de savoir dans quelle mesure ce match peut nous servir pour les huitièmes de finale, qui vont se jouer huit jours après ce match. Car quelque soit le résultat, on sera toujours premier qualifié de la poule 1 donc ce match ne va pas changer grand chose pour nous. On va essayer cependant de s'inscrire dans la continuité du dernier match, sur lequel nous avons retrouvé en effet de l'organisation et de la fiabilité sur notre jeu collectif. De plus, les joueurs montrent davantage d'implication. Ce match doit nous aider à préparer ces huitièmes de finale. ».

 

Quoiqu'il arrive, l'Union Sportive Tyrossaise est arrivée à la place qu'elle visait, si l'on en croit Eric Lamarque: "Nous voulions terminer juste en-dessous des équipes jouant pour l'accession en Pro D2". C'est chose faite. Quelle que soit l'issue de leur saison, les Landais pourront la terminer avec le sentiment du devoir accompli.

 

Par Jessica Fiscal

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?