La vie continue

  • La vie continue
    La vie continue
Publié le , mis à jour

Les Angloys vont livrer leur dernier match en Fédérale 1, au terme d’une saison plombée par les blessures et les vents contraires.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. L’adage est bien connu et dans le contexte de cette poule 1 de Fédérale 1 millésime 2015-2016, le malheur de Chalon-sur-Saône, qui a dû déposer le bilan en cours de saison à cause de gros problèmes financiers, a souri à Graulhet et plonge Anglet dans l’abîme de la zone rouge. Définitivement. Deux points séparent déjà Graulhet d’Anglet dans la lutte pour la neuvième place, la seule encore vacante puisque le premier fauteuil de condamné appartient à Chalon. Mais les Graulhétois sont certains de gagner leur dernier match de la saison sans même le jouer, puisque le calendrier leur opposera les Chalonnais, qui sont « forfait général ». Les Tarnais engrangeront donc cinq points de plus sans jouer, alors que les Angloys devront défier l’ogre Soyaux-Angoulême, premier national et en route pour le Pro D2. Ils ne pourront donc pas remonter leur débours sur les Mégissiers. Ainsi va la vie.

Anglet quittera l’élite amateur le cœur gros mais au fond ce n’est peut-être pas plus mal.

La Fédérale 2, plus accessible

Dans ce championnat à deux (voire trois) vitesses ; où de purs amateurs comme les Angloys ou les Graulhétois côtoient dimanche après dimanche les grosses écuries professionnelles, le fossé était trop grand. Pourtant, après une belle saison en Fédérale 2 l’année dernière (défaite en demi-finale du Championnat de France face à Lavaur à Nogaro), Anglet s’était donné les moyens d’exister dans l’antichambre des professionnels. Un effectif stable (trois départs à l’intersaison, des recrues de qualité dans toutes les lignes et l’espoir d’une poule relativement accessible. Mais très vite, les vents contraires se sont levés. Des blessures à n’en plus finir très tôt dans la saison (Anthony Etchegarray, Max Noblia, « Seb » Pinto et Baptiste Larrieste pour ne citer qu’eux…), les règles qui obligent à avoir un effectif pléthorique (six joueurs de première ligne au coup d’envoi dans le groupe) et des entraîneurs qui peinent à écrire 23 noms sur les feuilles de match tous les dimanches. Dura lex, sed lex.

Anglet, malgré tout, a montré de superbes valeurs et a fait douter les puissants. La première partie de saison était encourageante avant une phase retour beaucoup plus compliquée (une seule victoire sur les neuf derniers matchs). Anglet aura quand même gratifié ses supporters de belles victoires contre Graulhet, Cognac ou Bobigny. Des points de bonus défensif et surtout, toujours, de l’envie de bien jouer au rugby dans des conditions parfois saugrenues (jouer à Massy ou à Bobigny, c’est un très long voyage en région parisienne à digérer, aller et retour, dans un week-end qui n’est pas extensible pour des joueurs amateurs)… Bref, Anglet repart d’une feuille blanche, dans une Fédérale 2 plus accessible et non moins intéressante !

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?