Des Lions affamés

  • Des Lions affamés
    Des Lions affamés
Publié le , mis à jour

Lions – Hurricanes - L’ancien cancre du rugby sud-africain mène la danse dans sa conférence en proposant un jeu très offensif. Dire que cette franchise avait été exclue du Super Rugby.

Les Lions, la franchise de Johannesbourg est en train d’écrire l’une des plus belles histoires du Super Rugby. Nous parlons quand même d’une équipe qui a été exclue de la compétition en 2013 et qui se retrouve trois ans après la mieux classée de toutes les franchises d’Afrique du Sud. En 2013, les Lions avaient été mis au frigo pour faire de la place aux Southern Kings, une décision politique car la franchise de Port-Elizabeth était considérée comme la pouponnière du rugby noir sud-africain. Les Lions avaient passé un an à jouer uniquement des matchs amicaux avant de retrouver les Kings (franchise sud-africaine la moins bien classée) dans un barrage promotion-relégation sur deux matchs : cas classique d’une équipe qui s’est forgée dans l’adversité sous la férule d’un entraîneur emblématique Johann Ackermann, ancien deuxième ligne international. Et depuis, ils ont vécu une formidable ascension. Ils ont démarré cette saison en se basant sur une grosse mêlée (même si la première ligne souffre de plusieurs blessures en ce moment), mais cette équipe n’a jamais déçu dans sa volonté d’attaquer ballon en main. Le ministre des Sports Fikile Mbalula trouvera peut-être que ce n’est pas assez (lire en page « cris et chuchotements »), mais cette équipe a révélé plusieurs talents à la peau noire chez ses trois-quarts : le demi d’ouverture Elton Jantjes bien sûr favori pour le poste de numéro 10 des Springboks mais aussi les centres Howard Mnisi et Lionel Mapoe, considéré comme le meilleur second centre du pays. D’autres individualités sont dans le viseur des sélectionneurs : l’ailier Ruan Combrinck, les demis de mêlée Faf de Klerk et Ross Cronje, le numéro 8 et capitaine Warren Whiteley, le pilier Julien Redelinghuys, le troisième ligne Jaco Kriel plus le deuxième ligne Franco Mostert qui s’est engagé avec Lyon pour la saison prochaine.

L’étoffe d’un candidat au dernier carré

Tout cela nourrit une escouade classée première de sa conférence et troisième au classement général avec six victoires en huit matchs. Les Lions sont allés gagner chez les Chiefs et chez les Sharks, ce n’est pas rien. Ils ont aussi gagné le premier match jamais disputé sur le sol japonais en ouverture face aux Sunwolves (26-13). On croit rêver quand on se souvient des ténèbres dans laquelle semblait engluée cette franchise qui vécut une série abominable de dix-sept défaites consécutives. En 2014, les Lions finirent douzièmes, puis huitièmes en 2015. Voici deux semaines, ils se sont imposés 29 à 22 face aux Stormers, une performance qui a beaucoup fait causer au pays, puis ils ont infligé un terrible 45 à 10 aux Southern Kings sur leur propre pelouse. « Évidemment, nous sommes très heureux de voir que tout tourne en notre faveur. Malgré quelques coups du sort, les joueurs sont toujours restés positifs, je suis très heureux pour eux. Nous n’avons pas l’équipe la plus costaude, mais mes joueurs savent courir et se passer le ballon et ils ont la volonté de travailler dur. Notre défi est de cosnerver cette faim qui est en nous », nous a expliqué Johann Ackermann. Demain, ils reçoivent les Hurricanes à Johannesbourg pour voir s’ils ont vraiment l’étoffe d’un candidat au dernier carré.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?