Racing Nanterre : une drôle de saison

  • Racing Nanterre : une drôle de saison
    Racing Nanterre : une drôle de saison
Publié le , mis à jour

Les Franciliennes du Racing Nanterre ont obtenu leur maintien en ne remportant qu’une seule rencontre.

Les filles de Racing Nanterre ont signé le maintien en Armelle-Auclair le plus ric-rac enregistré depuis l’avènement du rugby féminin de haut niveau. Elles se sont sauvées en remportant une seule rencontre, la dernière, contre leurs concurrentes de Grenoble (16-8). Toute la saison, ces deux équipes avaient fait la course au coude à coude au fond du peloton. Témoin de leur difficulté à remporter des rencontres, leur première opposition à Grenoble s‘était soldée par un score nul et vierge improbable (0-0). On avait noté durant cette opposition un essai manqué par les filles de Racing Nanterre en raison de l’éjection de l’en-but de leur ailière au moment d’aplatir, et une pénalité manquée face aux perches en toute fin de match par les Grenobloises. On frisait le gag. Après une saison passée à lutter contre les pensionnaires habituées de l’Armelle-Auclair, ces deux équipes promues ont livré pour leur match retour une confrontation beaucoup moins maladroite. Les Grenobloises se sont affirmées d‘entrée et ont pris le score (0-8). Les Franciliennes ont répondu par deux essais, et ont mieux fini la rencontre (16-8). Elles ont fêté comme on l’imagine ce succès libérateur.

Et maintenant ?

Les filles de Racing Nanterre avaient obtenu leur montée en Armelle-Auclair sur « tapis vert », à la suite de la défection de leurs voisines de MLSGP. Leur défaite en demi-finale du championnat fédéral, contre les Grenobloises, les avait privées d’une promotion « sportive ». Leurs parcours conjoints ont montré la difficulté pour des promues issues d’une compétition « fourre-tout » de se mettre au diapason d’une division beaucoup plus relevée. Comment gérer la prochaine saison, alors que les futures promues, à l’image de ce que montrent les joueuses du Stade français, seront des adversaires coriaces ? « Il nous faut recruter au moins trois ou quatre joueuses confirmées », dit le président Marc Chevallier. Avec ses responsables, il prépare le moyen terme. Des journées sont organisées pour garnir leurs équipes des moins de 15 ans et des moins de 18 ans, et donner une assise forte à leur équipe. Mais au-dessus de ces fondations, pour rendre crédible le projet « de faire monter le club en Top 8 d’ici trois ans », annonce Marc Chevallier, il faudra encore assurer le maintien.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?