Une Guerre sans fin

  • Une Guerre sans fin
    Une Guerre sans fin
Publié le , mis à jour

Vendredi et samedi, les clubs de la mère patrie retrouvent leurs voisins d’outre-Manche. Montpellier et le Racing 92 vont tenter de décrocher leur Graal européen. Face à eux, l’ennemi de toujours. D’un côté les Harlequins, invaincus contre des clubs français en finale de Coupe d’Europe, de l’autre, les Saracens qui restent sur une finale perdue face aux Toulonnais. Une rivalité qui dure depuis 1997 sur les terrains européens, l’occasion de revenir sur ces finales franco-anglaises qui raviveront quelques souvenirs.

Champions Cup (ex Hcup)

Brive-Leicester 28-9 à Cardiff (Arms Park) 1997

Les Corréziens domptent les Tigres

Première opposition entre les deux pays en Coupe d’Europe et première victoire pour les Français en territoire britannique. Sur le papier, les tigres anglais étaient grands, forts et indomptables. Mais une finale n’est pas un match comme les autres, les Corréziens font une grosse entame et marque les trois premiers points du match, avant d’aplatir dans l’en but deux minutes plus tard (5ème minute). Leicester n’y est pas et s’accroche au score avec des pénalités. A la mi-temps, les brivistes ne mènent plus que de deux points. Au retour des vestiaires, les anglais n’y sont plus et les corréziens peuvent ainsi réciter leur jeu et achever la bête. Trois essais, un drop et une transformation contre une seule pénalité pour Leicester. Le domptage se termine à 28-9. Après Toulouse, Brive remporte la couronne européenne.

 

 

Leicester-Stade français 34-30 à Paris (Parc des Princes) 2001

Un pied et des mains pour rien

Dans ce match, le Stade français fait la course en tête grâce à son chef d’orchestre. Le demi d’ouverture, Diego Dominguez offre un vrai récital au public du Parc des Princes en inscrivant les trente points de son équipe, grâce à neuf pénalités et un drop. A trois minutes de la sirène, les Parisiens mènent 30 à 27, mais les Tigers n’ont pas dit leur dernier mot et plante un dernier coup de griffe à la 79ème minute par l’intermédiaire de leur ailier Leon Lloyd. Score final 34-30.

Cette défaite marquera le début d’une série noir pour les parisiens, qui disputeront trois autres finales européennes sans en remporter une seule.

 

Finale H Cup 2001 Stade Français - Leicester... par mensquare

 

London Wasps-Stade toulousain 27-20 à Londres (Twickenham) 2004

Poitrenaud, c’est cadeau

Finale extrêmement engagée, Toulouse arrive à faire le plus gros, remonter son retard de neuf points (20-20, 75e).

77ème, le demi de mêlée gallois, Robert Howley envoie un coup de pied rasant, long de ligne de touche. En couverture, Clément Poitrenaud, prend le temps nécessaire pour accompagner le cuir dans l’en-but, afin d’aplatir dans son camp. Vitesse mal jugée ou manque d’attention, l’arrière toulousain est devancé par Howey qui aplatit derrière la ligne. Durant les 80 minutes, les joueurs de Guy Novès ont manqué plusieurs occasions pour sceller le match. Cette erreur leur coûtera un nouveau sacre européen.

 

Racing Club Toulonnais-Saracens 23-6 à Cardiff (Millenium Stadium) 2014

La nouvelle conquête varoise

Il aura fallu une heure à Toulon pour desserrer l’étreinte de son voisin anglais et lui planter un coup de couteau dans le dos. Sur une attaque sans vitesse dans son camp, Mathieu Bastareaud parvient, d’un coup de rein, à accélérer et déborder la défense des Saracens, donner à Smith qui, après un une-deux avec Fernandez-Lobbe, marque un essai en coin. Sa majesté Jonny transforme. Toulon mène 20 à 6. Puis 23 à 6 une minute plus tard sur une pénalité.

Jusqu’à la 60 ème minute, le match est équilibré même si Toulon mène au score depuis la demi-heure de jeu. Les toulonnais passaient devant les Saracens qui avaient ouvert le score à la quatrième minute par une pénalité de Farrell.

Toulon est champion d’Europe pour la deuxième année consécutive, une première.

 

 

Challenge Cup (ex Challenge européen)

Harlequins-Narbonne 42-33 à Reading (Stade Madejski) 2001

Un match pour l’histoire

Un match, une finale d’anthologie qui verra les Harlequins s’imposer. Les anglais ont eu le dernier mot grâce une maîtrise des efforts, une justesse dans les derniers gestes et un 100% de leur buteur Paul Burke. Les Narbonnais auront bataillé pendant 110 minutes pour accrocher les Anglais. Solidaires et généreux, la course débute dès la première mi-temps pour revenir au score, une fois (de 6-13 à 19-13), deux fois (de 19-26 à 26-26) puis trois fois (de 26-36 à 33-36), ces retours n’auront pas suffit puisque Narbonne s’inclinera 42 à 33, dans un match qui restera un bon bout de temps dans les têtes.

 

 

Clermont-Bath 22-16 à Londres (Twickenham Stoop) 2007

Intouchables Clermontois

Dans un match plein de maîtrise, les Clermontois se sont faits peur en fin de match. Bath est revenu de 22-6 à 22-16, avec en plus, un essai refusé à la vidéo (en avant après une pénaltouche) et une balle de match non concrétisée à la dernière seconde.

En première mi-temps, Clermont vendange comme jamais, à l’image de James qui loupe deux pénéalités et Esterhuizen qui gâche un surnombre d’école. Bath mène 6-3 à la pause. Le score était anglais mais le jeu français. La plaisanterie ne durera pas longtemps puisque les Auvergnats infligent un 19-0, fruit de trois essais collectifs. Poussés par leurs 9000 supporters, les Anglais poussent dans la fin de match, en vain, même sans ballon l’ASM était intouchable.

ASM_Bath_Finale_20070519_22_6 - ASM, Bath... par liz63

 

Harlequins-Stade français 19-18 à Cardiff (Cardiff City Stadium) 2011

Paris récidive

Le Stade Français voulait sauver sa saison sur ce match. On ne le savait pas encore mais c’était le dernier gros match sous la présidence de Guazzini. L’occasion parfaite de lui offrir un dernier trophée, et ainsi se qualifier pour la prochaine H Cup.

Dans un match fermé, le Stade français réussit à sortir son épingle du jeu grâce à l’adresse de Lionel Beauxis, Martin Gurruchaga et même de Mathieu Bastareaud, qui vient mettre sa pierre à l’édifice en inscrivant un drop inattendu. Mais les dieux ont décidé que 2010-2011 serait une saison blanche pour les joueurs de la capitale.

Les Harlequins renversent la vapeur dans les dernières minutes grâce à un essai de Camacho sur une passe au pied de Dany Care. Score final : 19-18, comme il y 10 ans, le Stade francais perd une finale européenne dans les dernières minutes (contre Leicester N.D.L.R).

 

 

 

Par Lionel Girard. 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?