Le championnat de France, plus de 80 ans d’histoire

  • Le championnat de France, plus de 80 ans d’histoire
    Le championnat de France, plus de 80 ans d’histoire
Publié le , mis à jour

De Villeneuve, à Limoux en passant par le XIII catalan, Toulouse, Carcassonne, ces équipes ont contribué à la grandeur du championnat

 

Samedi à Albi s’est déroulée la 77ème finale de l’histoire qui s’est conclue par la victoire (26-24) de Limoux aux dépens de Carcassonne. A la faveur de cette victoire les Limouxins ont décroché leur second titre de leur histoire après celui de 1968. Le championnat de France, voilà une compétition qui a débuté en 1935. La première édition a couronné cette année –là, Villeneuve premier de la poule unique devant Bordeaux après dix-huit matchs disputés. C’est en 1936 qu’a eu lieu la première finale entre le XIII catalan et Bordeaux, finale remportée par les Catalans 25-14. Rappelons qu’entre 1941 et 1944, l’interdiction de la pratique treiziste a été interdit par le gouvernement de Vichy et forcément le championnat et les finales ont été suspendus. Il faut également ajouter l’année 1981 où le titre n’a pas été attribué après l’arrêt de la finale entre Villeneuve et le XIII catalan.

 

Une décennie, une équipe

 

Chaque décennie a eu une équipe fétiche. A la moitié des années 40 et surtout celle de 50, l’ASC Carcassonne et son contingent de vedettes (Puig-Aubert, « Lolo » Mazon, Benausse, Ponsinet, etc..) ont marqué cette époque. Les Audois se sont brillamment imposés en 1950, 1952, 1953, échoué deux fois en finale face à Albi en 1956 et 1958. Les Carcassonnais ont également posé leurs griffes dans les années 60 avec un mémorable doublé en 1966 et 1967 devant Saint-Gaudens. En 1968, l’ASC manque pour un petit point d’écart le triplé (défaite 12 -13) face à Limoux. Dans les années 70, la mainmise sur le championnat, elle est à mettre à l’actif des deux clubs haut-garonnais Saint-Gaudens et Toulouse. Le premier nommé s’adjuge le titre en 1970 et 1974 et se hisse en finale en 1971 et 1972. Toulouse fait également un parcours remarquable. En 1973, les Toulousains s’imposent devant Marseille (18-0) et récidivent en 1975 devant Saint-Estève (10-9). En cette fin des années 70, un club pointe le bout de son nez, le XIII catalan. Finaliste en 1978, il est sacré l’année suivante devant Carcassonne (17-2). A la faveur de cette victoire, les Catalans vont dominer les années 80. C’est l’époque des Grésèque, Delaunay, Cologni, Berneau, les frères Naudo, Pallarès, des joueurs d’un talent immense qui ont marqué à jamais l’histoire de la discipline. De 1982 à 1985, le XIII catalan réalise le premier quadruplé de son histoire. Vaincus en 1986 par le Pontet (6-19), les Catalans reprennent leur bien en 1987 face à cette même formation (11-3). En 1988, les Pontétiens prendront de nouveau leur revanche (14-2). Au début des années 90, Une autre formation catalane s’illustre celle de Saint-Estève couronnée en 1990, 1993, 1997, 1998 et finaliste en 1992, 1996. Justement en 1996, les Stéphanois s’inclinent face à Villeneuve sur Lot (27-26). Ces derniers vont animer le début des années 2000. Auteurs d’un triplé (2001, 2002, 2003), les Villeneuvois ont manifesté un désir d’intégrer la Super-League. Une intégration dont va bénéficier l’UTC titré en 2005 et qui devient en l 2006 les Dragons catalans. Lors de cette dernière décennie, deux formations se sont brillamment illustrées. Entre 2008 et 2011, Lézignan a imité le XIII catalan en réalisant un quadruplé historique. Plus près de nous, Toulouse a dominé la compétition avec deux titres consécutifs (2014-2015) avant de prendre la route de l’Angleterre et de la compétition de League One. Samedi, Limoux et son capitaine emblématique ferment la marche au palmarès. L’année prochaine, les Audois espèrent réaliser le premier doublé de leur histoire.

 

 

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?