Combezou : « Pas de place au plaisir »  

  • Combezou : « Pas de place au plaisir »  
    Combezou : « Pas de place au plaisir »  
Publié le , mis à jour

Le centre castrais Thomas Combezou évoque le choc qui l'attend contre son ancien club, dimanche, en barrage de Top 14. Pour l'ex-Montpelliérain, ce match décisif ne laissera pas de place aux sentiments.

Etes-vous heureux de jouer contre votre ancien club ?

 

Heureux ? Bonne question... disons que c'est une équipe qui évolue à un très bon niveau. Ils ont fait une saison fantastique, qu'ils concluent en terminant à la troisième place. Ils sont devant nous, donc il n'y a pas vraiment de quoi se réjouir, hormis le fait qu'avec certains coéquipiers nous avons joué là-bas... Mais on ne laissera pas de place au plaisir ce week-end.

 

Montpellier a t-il beaucoup changé ?

 

Bien sûr, ce n'est plus le club que j'ai connu... Le groupe, le coach, le staff... tout a changé, il ne reste plus que quelques joueurs avec qui j'ai joué. Tout a changé.

 

Castres arrive en outsider ?

 

Nous arrivons à Montpellier comme une équipe qui a terminé à la sixième place et qui se déplace chez le troisième. Montpellier est donc logiquement favori, car ils ont fait une meilleure saison que nous. Nous allons voir ce que nous pouvons faire là-bas.

 

On vous sent détendu, vous déplacez-vous sans pression ?

 

Détendus ? Peut-être pas... Mais nous n'avons pas grand chose à perdre, et tout à gagner. Ils évoluent à domicile, nous à l'extérieur, donc ils sont favoris.

 

Vous allez être en face de François Steyn et d'Anthony Tuitavake...

 

C'est un grand défi en effet, car il s'agit de deux internationaux du Sud... Pour deux petits Français comme nous, c'est un sacré challenge ! Ca nous fait plaisir d'affronter des joueurs d'un tel niveau.

 

Castres dispose t-il d'une expérience particulière des phases finales ?

 

A Castres, il y a toujours des saisons particulières : soit dans les phases finales, soit pour le maintien. Il est vrai que cette équipe est habituée à des matchs à forte pression. Mais chaque match est différent, chaque saison est différente... Nous avons réussi à intégrer ce Top 6, qui était notre objectif. A partir de là, ce n'est plus que du bonus.

 

Comment faut-il jouer cette équipe de Montpellier ?

 

Bonne question ! Très bonne question... il faudra de la vitesse, être performant dans le secteur offensif comme défensif. Nous devrons aussi être prêts mentalement, car ils vont nous attendre. C'est logique, ils sont champions d'Europe. Cette équipe s'est appuyée cette année sur un pack conquérant, une bonne défense et une bonne occupation.

 

Montpellier montre également des signes de fatigue, la solution serait-elle de mettre du rythme ?

 

 

Pas nécessairement, car c'est ce que Toulon a essayé de faire et les Toulonnais se sont cassés les dents. C'est une bonne question... Le coach définira la stratégie à suivre, et nous verrons bien ce week-end...

 

Propos recueillis par Simon Valzer et Lionel Girard

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?