Juan Martin Hernandez, le plus français des argentins

  • Juan Martin Hernandez, le plus français des argentins
    Juan Martin Hernandez, le plus français des argentins
Publié le

Argentin de France 4/6 - Le XV de France s’envole pour sa tournée en Argentine jeudi 9 juin. L’occasion pour nous de mettre à l’honneur ces Argentins qui ont marqué le rugby français. De part leur jeu mais aussi leur talent d’entraîneur. Ce vendredi, nous présentons le magicien des années 200 du Top 14, Juan Martin Hernandez.

Encore un me direz-vous ! Encore un argentin né à Buenos Aires qui est venu en France exporter son talent. Et Juan Martin Hernandez, c’est du genre talent polyvalent. Il peut jouer demi d’ouverture, centre, ailier voire même arrière. Mais c’est surtout dans le poste de demi d’ouverture qu’il a brillé. Pour cause, il a été considéré comme l’un des meilleurs à ce poste à une période. Surnommé « El Mago », le puma a débuté sa carrière dans le club Argentin de Desportivo pour ensuite brillé en sélection. Dès sa première sélection en coupe du monde 2003 face au Paraguay, aux côtés notamment d’Agustin Pichot, il a marqué un essai et deux transformations.

 

Hernandez, sous les couleurs parisiennes

 

A la fin de la coupe du monde 2003, « El Mago » signe au Stade français. Le club où il effectuera une grande partie de sa carrière. Il y restera 6 ans, deviendra champion de France à deux reprises : en 2004 face à Perpignan et en 2007 face à Clermont. De plus, pour la saison 2006-2007, Hernandez reçoit même l’Oscar d’or de la saison décerné par Midi Olympique. Le premier Oscar décerné à un étranger.

Cette saison là, le Puma s’était illustré à la perfection dans son rôle d’ouvreur, mission que lui avait confié Fabien Galthié au Stade français.

Ses années parisiennes n’ont été alimentés que de beaux moments. Et puis, après six années passées au Stade français, il est parti rejoindre le Racing en 2010 juste après être parti un an aux Natal Sharks. Mais en 2014, il décide de rompre son contrat avec le club des Hauts de Seine pour se consacrer ainsi pleinement à l’équipe nationale.

 

Son année à Toulon et la suite...

 

C’est le titre de champion d’Europe qui manquait à son palmarès et il a réussi à l’obtenir avec le club toulonnais. Il obtient sa première titularisation à Mayol, face au Racing 92 (comme un signe du destin) en tant que numéro 10. Cela sera son meilleur match sous les couleurs de Toulon.

Aujourd’hui il joue dans la franchise argentine des Jaaguares dans le Super Rugby.

 

Par Jessica Fiscal

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?