Vermeulen : « Je serai toujours là pour les Springboks »

  • Vermeulen : « Je serai toujours là pour les Springboks »
    Vermeulen : « Je serai toujours là pour les Springboks »
Publié le , mis à jour

Duane Vermeulen , troisième ligne de l’Afrique du sud et de Toulon, de retour avec sa sélection en tant que simple soldat, le troisième ligne Varois évoque l’arrivée du nouveau sélectionneur allister Coetzee.

Vous vous êtes retrouvé au milieu d’un bras de fer avec Toulon, quelles étaient les chances de ne pas vous voir avec le maillot sud-africain ?

Cela n’a jamais été une option, je n’ai jamais prévu de rester en France. Depuis le début, il était clair que je voulais continuer de jouer avec mon pays. Je veux jouer pour les Springboks, c’est très important pour moi. Peu importe où ils jouent, quand ils jouent ou contre qui ils jouent, je serai toujours là si l’on fait appel à moi. C’était écrit dans les termes de mon contrat (avec Toulon, N.D.L.R.). Je veux juste jouer pour les Boks. Il y a un nouvel entraîneur et une nouvelle équipe, je suis impatient de rejouer au niveau international.

Cet imbroglio ne vous a-t-il pas coûté le capitanat avec les Sprinboks ?

Le capitanat n’est pas de mon ressort, ce n’est pas moi qui décide. C’est au coach et à la Fédération sud-africaine de choisir qui sera le capitaine. C’est leur décision et je ne suis pas impliqué là-dedans. Je pense que Adriaan Strauss est un bon capitaine. Il sait comment fonctionne le rugby international et il a accumulé beaucoup d’expérience en tant que leader aux Cheetahs et maintenant aux Bulls. Je le soutiendrais autant que possible. Il sait qu’il peut s’appuyer sur des cadres qui peuvent l’aider. Nous serons tous là pour le soutenir.

Est-ce que le fait d’être l’un des joueurs les plus expérimentés de cette nouvelle ère vous apporte une pression supplémentaire ?

Je ne pense pas que ce soit un fardeau du tout. Il y a beaucoup de jeunes joueurs talentueux dans ce groupe et plusieurs d’entre eux ont le potentiel pour devenir des leaders. Avec l’arrivée de ces jeunes, il y a beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. Tous ont été bons durant le Super Rugby cette année. Ils vont amener de la confiance dans le groupe. C’est vrai que nous avons un groupe jeune, donc je pense qu’il est important pour nous de trouver notre identité dès les premiers matchs. Qui sait ? Peut-être que cela viendra naturellement. Ce serait bien. Mais nous devons prendre match après match et construire l’équipe semaine après semaine. Comme à chaque que nous commençons une série de test-matchs, nous nous concentrons plus sur nous-mêmes que sur les adversaires.

Comment travaille-t-on avec le nouvel entraîneur des Boks, Allister Coetzee ?

J’ai beaucoup voyagé avec Allister et je connais sa vision et sa façon de travailler. C’est génial de travailler avec lui de nouveau et de profiter de sa passion et son enthousiasme pour le jeu… donc c’est plutôt facile de s’intégrer, et le fait que nous jouions seulement six jours après que je sois arrivé ne me posera aucun problème.

Avec Warren Whiteley vous avez maintenant un concurrent sérieux au poste de numéro 8. Qu’est-ce que cela change pour vous ?

Warren est en grande forme en ce moment et il joue très bien. C’est bien que la concurrence soit rude pour chaque place. Je vois cela comme un plus. La concurrence fait ressortir le meilleur en nous. Plus il y a de concurrence, plus l’équipe progresse. Heyneke Meyer (l’ancien entraîneur des Springboks) avait l’habitude de dire ceci : si l’on soumet du charbon à une pression suffisante, on le transforme en diamant. C’est vrai. Il n’y a pas d’ego dans cette équipe. Nous sommes trente et un joueurs et nous avons le même but. Nous jouons tous un rôle dans ce que l’équipe essaye d’accomplir. Peu importe si l’on joue ou pas. Si Warren joue, alors je le soutiendrai à 100 % et je sais que ce sera pareil si, lui, ne joue pas. La concurrence est intense, mais c’est pour le bien de l’équipe. Par Ken Borland

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?