Le formidable exploit Irlandais

  • Le formidable exploit Irlandais
    Le formidable exploit Irlandais
Publié le , mis à jour

Les Nordistes ont créé la surprise : les Gallois ont frôlé l’exploit à Auckland, les Anglais ont gagné pour la première fois à Brisbane et les Irlandais ont eu raison de l’Afrique du sud.

Les Nordistes ont fait honneur à leur hémisphère, à rebours du verdict de la Coupe du monde. Nous l’avons constaté lors de cette première journée des tests de juin qui fut un petit régal. Trois matchs passionnants et un exploit historique : la première victoire de l’Irlande sur le sol sud-africain. Franchement, il fallait oser l’imaginer quand on connaît le nombre de blessés côté irlandais. De plus, les Verts ont réussi cette prouesse en jouant pendant cinquante-sept minutes en infériorité numérique après le carton rouge infligé à CJ Stander pour un sévère contact à retardement sur Pat Lambie. Ils ont même joué à treize pendant dix minutes après un autre plaquage tardif de Henshaw sur le premier essai des Springboks de Mvovo.

Irlande : une prouesse défensive

Bien sûr, les Irlandais ont fait un match héroïque en défense. Payne et Henshaw ont ainsi repris Pietersen sur le poteau de touche à la dernière minute. Mais ils ont quand même marqué deux essais et Paddy Jackson, l’ouvreur de l’Ulster, a fait du bon boulot au pied même s’il offrit une interception à Du Toit. Le capitaine Rory Best, 33 ans, restera donc dans les annales au moins pour ça. Au passage, le talonneur de l’Ulster fut d’ailleurs sacré « homme du match » : « Nous n’avons pas paniqué quand nous nous sommes retrouvés à quatorze. Nous savions juste que ça deviendrait vraiment très dur mais que c’était l’occasion rêvée de faire quelque chose de spécial. » Joe Schmidt a mis l’accent sur la performance de son demi d’ouverture, préféré à Madigan : « Il a fait un super boulot. Il a notamment contrôlé le jeu dans les vingt premières minutes et c’est à ce moment-là que nous avons bâti notre confiance. C’est difficile de mettre des mots sur ce que je ressens mais je peux vous dire que ce fut un énorme effort collectif. La façon dont nous avons résisté à treize contre quinze fut assez extraordinaire… » Les pauvres Allister Coetzee et Adriaan Strauss se souviendront aussi de ce 11 juin. Ils rêvaient mieux pour leurs débuts comme sélectionneur et capitaine.

La mêlée anglaise finit le travail

En Australie, une forteresse est tombée. Les Anglais ont arraché leur première victoire à Brisbane au terme d’un match plein de rebondissements. Les Wallabies ont commencé comme des avions avec deux essais à plusieurs phases de jeu mais la partie a basculé quand, à 10 à 6, M. Poite refusa un essai magnifique à Bernard Foley pour une obstruction du deuxième ligne Rory Arnold. Sans cette décision, les hommes d’Eddie Jones ne seraient sans doute pas revenus. La victoire des Anglais doit pas mal à la chance car le premier essai de Joseph fut offert sur un plateau par des maladresses adverses. Mais reconnaissons aux hommes de Dylan Hartley le mérite d’avoir surfé sur ces coups du sort. Ils ont notamment mis la mêlée anglaise au supplice en provoquant le carton jaune du pilier gauche, Scott Sio. Les pauvres Australiens ont également perdu David Pocock, touché au visage pour qui la série est terminée. « L’essai de Foley aurait dû être accordé. C’est le défenseur adverse qui est venu, de son propre choix, percuter notre joueur », a commenté Michael Cheika qui n’aura pas pu ne pas remarquer le nombre inhabituel de pénalités concédé par son équipe (15), dont une série terrible en fin de première mi-temps qui a totalement relancé les Anglais. Voilà comment on perd avec 64 % de possession. « Eddie Jones a amélioré notre capacité à prendre les bonnes décisions. Avec lui, il y a quinze leaders sur le terrain », a souligné Haskell.

Les Gallois ont brillé une heure

à Auckland, les Gallois ont perdu mais ils menaient 21 à 18 à l’heure de jeu puis le scénario habituel s’est déroulé. Trois essais en dix-huit minutes pour les All Blacks qui ont fait gonfler le score plus que de raison. 39 à 21, c’est vraiment lourd pour des Gallois qui avaient su perturber la défense adverse et notamment les deux ailiers surpuissants, Julian Savea et Waisake Naholo. Le match a basculé sur trois touches perdues en suivant par les Gallois qui ont « gavé » les Néo-Zélandais de munitions précieuses. Steve Hansen s’est justifié sur cette prestation en demi-teinte. Il a été titillé par la presse néo-zélandaise sur la paire Crotty-Fekitoa, nouvelle combinaison essayée au centre de l’attaque. « Ils vont s’améliorer avec le temps, surtout en défense. Il faut du temps pour bâtir une association. Je ne sais pas si les gens se rendent compte de la difficulté de faire jouer ensemble des joueurs qui évoluent dans des franchises différentes surtout quand on affronte des équipes qui sont bien en place comme le sont les Gallois depuis quelques années. »

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?