Rey ou la vendange tardive

  • Rey ou la vendange tardive
    Rey ou la vendange tardive
Publié le , mis à jour

Formé à Colomiers et passé par le ProD2, Julien découvre l'équipe de France a bientôt 30 ans. L'émergence d'un garçon attachant de simplicité.

Julien Rey aura trente ans, le 1er septembre prochain. Pas un âge canonique, même dans une carrière de rugbyman. Mais suffisant pour qu'il ait fait «une croix sur le XV de France, en début de saison. A bientôt trente ans, je pensais que c'était cuit pour moi ». Alors, quand le centre Bordelais a reçu un coup de fil de Jeff Dubois dont il a découvert le message de pré-convocation, sur le répondeur de son téléphone à la sortie d'un entraînement avec l'UBB mi-mai, il a d'abord hésité. « D'un côté, cela apportait du concret. Mais ce n'était pas encore une convocation. Je n'ai pas osé en parler avec mes coéquipiers, de peur que ça ne fasse pas. Pareil avec Rapha (Ibanez, N.D.L.R.), je ne savais pas s'il était au courant. J'ai donc fait comme si de rien n'était, je n'en ai pas parlé aux autres personnes du club ».

Lundi 6 juin, l'officialisation est tombée. Aux alentours de midi pour le grand public, la veille pour le joueur. « C'était un rêve. Que du bonheur. Une fierté immense de faire partie de ce groupe. Même si j'imagine que l'émotion sera vraiment la plus forte au moment de la première Marseillaise ».

Leader de défense

Si la sélection de Julien Rey fait globalement plaisir, c'est autant pour récompenser la qualité de sa saison, où il fut certainement le meilleur joueur et le plus régulier sous le maillot bordelais, que pour l'idée de voir émerger un bon mec. Discret, très clairement intelligent et fait de cette éducation douce, simple et qui tend à se perdre en même temps que les rugbymen se starifient. Dans les coursives de l'hôtel Hilton, Rey se raconte tout en humilité. Il n'aime pas trop se livrer mais ne joue pas, pour se justifier, le jeu de l'arrogance. Il sait pourtant que ses seules performances sportives lui donneront une chance de revenir en Bleu, au lendemain de cette Tournée argentine.

Toute la semaine, il s'est efforcé à intégrer au mieux les codes des Bleus. « Les entraîneurs ont globalement essayé de simplifier les systèmes. Mais il reste pas mal d'informations à imprimer, après avoir fait « reset » de celles du club. Avec peu de temps, ça fait déjà pas mal de boulot. Jusqu'ici, c'est certainement le plus compliqué ».

Titulaire dimanche pour le premier test face aux Pumas, Rey sait aussi qu'il sera attendu dans le secteur défensif. « J'ai eu des réunions avec Gérald (Bastide, N.D.L.R.) et Jeff (Dubois, N.D.L.R.). Ils m'attendent sur du jeu dans la défense, sur ma capacité à me servir de mon pied gauche. Que je communique un peu plus en défense, aussi, dans un rôle de leader. Gérald veut que ce soit les centres qui commandent la défense, donc cela fait des responsabilités mais j'ai aussi ce rôle-là à Bordeaux. Le système défensif n'est pas le même mais ce n'est pas quelque chose qui met la pression ». Il faudra désormais faire aussi bien. Face à une opposition de niveau international.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?