Racing, une faim de Rennes...et de règne !

  • Racing, une faim de Rennes...et de règne !
    Racing, une faim de Rennes...et de règne !
Publié le , mis à jour

Après avoir été rejoint deux fois au score durant le temps réglementaire par une équipe clermontoise intenable elle aussi, puis mené dans les prolongations, le Racing 92 a su trouver les ressources, à l'ultime minute grâce à un essai de Imhoff, au terme d'une demi-finale étincelante. Clermont ne disputera pas de finale cette saison.

La France du rugby était en sommeil. Assommée et endormie par des barrages funestes sur le simple plan du jeu. Alors les théories accompagnant l'approche des phases finales étaient ressorties de toutes parts cette semaine... A ce stade de la compétition, finies les passes et autres envolées, place à la restriction et à la destruction massive. Forcément, l'inquiétude était grande encore à la veille de ces rendez-vous en terres bretonnes. Rennes, nouveau champ de bataille barbare ? Certes, les contacts ont été rudes, au point d'envoyer la perle anglaise Nick Abendanon aux vestiaires dès les premières minutes, sonné par Joe Rokocoko. Pour le reste ? Quel festival ! Imaginez-vois menés de treize points au bout d'une demi-heure seulement par la terrifiante armada du Racing 92. Les Clermontois l'ont vécu... Maintenant, mettez-vous dans la peau de joueurs dans le doute, dominés, débordés et même dépassés au score par l'enthousiasmante machine auvergnate après la pause... Les Franciliens l'ont connu aussi...

Du suspense, du spectacle, des exploits, des polémiques et des ratés. Tous les ingrédients ont été réunis sur la pelouse du Roazhon Park pour faire de cette demie un match de légende. Car, alors qu'on les pensait émoussés par leur lutte face aux Toulousains, les hommes du duo Travers-Labit ont posé leurs griffes sur les trente premières minutes. Prenant le dessus physiquement pour mieux les transpercer au large. Et marquer un essai plein de malice par Johan Goosen (27e). Lieutenant Dan Carter dans tout ça ? Trois pénalités réussies pour permettre aux siens d'avoir un net ascendant au tableau d'affichage (16-3). Jusqu'à craindre que l'issue soit déjà écrite... Sans compter sur la révolte, la fraîcheur mais surtout la lucidité de Clermontois qui ne se sont jamais affolés. Un coup de pied de Morgan Parra (33e) - pourtant peu en réussite ce vendredi soir - puis un essai de Damien Chouly, sur la sirène, derrière un ballon porté. Voilà l'ASMCA plus que jamais vivante (11-16) à la mi-temps.

Kruger et Imhoff, ces héros

Mais sur quoi pouvait donc basculer cette rencontre ? Un exploit de Wesleu Fofana ? Son essai tout en puissance et en talent lui avait été refusé (20e) pour un en-avant discutable. Un récital de buteur ? Dan Carter, Morgan Parra ou Johan Goosen ont tous trouvé le poteau dans la soirée. Une relance du fond du terrain alors ? Scott Spedding et plus encore Brice Dulin n'ont pas ménagé leur peine dans l'exercice. Nul autre moyen que de revenir aux recettes ancestrales... D'abord l'audace d'un patron, en l’occurrence Camille Lopez, qui reprenait avec succès le tir au but côté clermontois et offrait même l'avantage aux siens (17-16 à la 46e). Oui, mais aussi la classe inimitable d'un ailier all black. Joe Rokocoko en action : une percée plein axe, une accélération et un essai en coin. Du grand art. Ou comment redonner le pouvoir à son équipe. C'est ainsi que le Racing menait 24-17 à la 50e. Un match de fou.

Devant tant de rebondissements, Fofana ne pouvait en rester là... Alors, servi magnifiquement par son compère Aurélien Rougerie, il a de nouveau éteint la défense du Racing pour ramener ses troupes à hauteur (27-27 à la 62e). Dans un scénario haletant, poussé par des acteurs déchaînés et des mouvements époustouflants, le score ne bougeait néanmoins plus jusqu'au coup de sifflet final. Offrant au public breton une rallonge de bonheur mérité... Il fallait se rattraper du week-end précédent. Et portée par son élan, autant que par ses supporters majoritaires dans l'enceinte bretonne, l'ASMCA a tracé sa route jusqu'au Camp Nou de Barcelone. Se réfugiant derrière deux coups de pied de mammouth. Celui de Spedding de 55 mètres (87e), avant un drop-goal de Brock James de 45 mètres (92e). Alors ce devait en rester là ? Sûrement pas. Cette rencontre était dingue, encore fragilisée par le carton jaune reçu par Kolieshvili. Et, en supériorité numérique, au bout d'une séquence interminable, Juandre Kruger interceptait Ludovic Radosavljevic et servait Juan Imhoff pour une ultime course folle. 98e minute, malgré des suspicions de hors-jeu puis d'en-avant, l'essai était validé. Carter transformait (34-33). Et le Racing 92 verra l'Espagne... 

La fiche technique

A Rennes – Vendredi 20h45 - 29013 spectateurs. Arbitre : M. Ruiz (Languedoc). Evolution du score : 3-0, 3-3, 3-6, 3-9, 3-16, 6-16, 11-16 (MT) 14-16, 17-16, 17-21, 17-24, 20-24, 20-27, 27-27 (temps règlementaire) 30-27 (MT) 33-27, 33-34 (score final).

CLERMONT : 15. Spedding ; 14. Strettle, 13. Rougerie, 12. Fofana, 11. Abendanon (22. Nakaitaci, 10e) ; 10. Lopez (21. James, 68e), 9. Parra (20. Radosavljevic, 92e) ; 7. Lapandry, 8. Lee (19. Kolelishvili, 68e), 6. Chouly (cap.) ; 5. Vahaamahina, 4. Van der Merwe (18. Jedrasiak, 70e) ; 3. Kotze (23. Zirakashvili, 60e), 2. Ulugia (16. Van der Westhuizen, 83e), 1. Chaume (17. Domingo, 27e-32e-60e).

Points : 2E Chouly (40e), Fofana (62e) ; 1T Lopez (63e) ; 5P Parra (33e), Lopez (43e, 46e, 53e), Spedding (86e) ; 2DG Lopez (4e), James (92e).

Carton jaune : Kolelishvili (94e).

Blessés : Abendanon (commotion), Ulugia (bras) Ducalcon (choc).

RACING 92 : 15. Dulin ; 14. Rokocoko (21. Andreu, 90e), 13. Goosen (22. Vulivuli, 99e), 12. Chavancy, 11. Imhoff ; 10. Carter, 9. Machenaud (20. Chauveau, 96e) ; 7. Nyanga, 8. Masoe (19. Claassen, 68e), 6. Lauret ; 5. Carizza (18. Kruger, 92e), 4. Le Roux; 3. Tameifuna (23. Ducalcon, 70e), 2. Szarzewski (cap., 16. Chat, 63e), 1. Ben Arous (17. Vartanov, 70e).

Points : 3E Goosen (27e), Rokocoko (46e), Imhoff (97e) ; 5P Carter (16e, 22e, 25e, 50e, 59e) ; T Carter (28e, 99e).

Buteurs : Lopez : 1DG/1, 3P/3, 1T/1 ; Parra : 1P/2, 0T/1 ; James : 0P/1, 1DG/2 ; Spedding : 1P/2 ; Carter : 5P/7, 2T/3 ; Goosen : 0P/1.

Les meilleurs : Fofana, Rougerie, Vahaamahina, Ulugia, Lapandry, Spedding, James ; Dulin, Rokocoko, Ben Arous, Nyanga, Tameifuna, Szarzewski, Goosen, Imhoff.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?