Fall : « Pas de regrets »

  • Fall : « Pas de regrets »
    Fall : « Pas de regrets »
Publié le , mis à jour

Fataliste à l'issue de la rencontre, l'arrière montpelliérain admettait la supériorité du RCT en demi-finale, tout en regrettant le manque de fraîcheur et les fautes inhabituelles des siens.

Quel sentiment vous anime à l'issue de cette demi-finale perdue ?

 

Le sentiment, c'est que nous n’avons pas pu peser physiquement, nous avons manqué de puissance par rapport à d'habitude. On peut dire, effectivement, que notre semaine de barrage a pesé. Nous manquions de fraîcheur, c’est une évidence. Avoir une semaine supplémentaire en terminant aux deux premières places, c’est une bonne chose. En tout cas, c’était une bonne chose pour Toulon…

 

Nourrissez-vous des regrets particuliers ?

 

Il n'y a pas vraiment de regret, parce que Toulon était au-dessus de nous et que nous avons tout tenté. Sincèrement, on a fait tout ce qu’on a pu. Quand même, on plante deux essais à Toulon, grâce à deux exploits individuels de Jesse Mogg. Ce n’est pas rien. Mais les individualités ne sont rien sans le collectif et à ce titre, nous avons été dominé. Au moment où il aurait fallu remettre un coup de collier tous ensemble, nous sommes retombés dans nos travers de la première période, nous avons commis des fautes, manqué de réussite au pied...

 

On a en effet le sentiment que vous perdez définitivement le match à l'heure de jeu, entre la faute grossière de Bismarck du Plessis et les deux échecs consécutifs de Steyn et Catrakilis.

 

A l’heure de jeu, on colle au score, on revient à six points. Mais nous avons commis trop de fautes... En demi-finale, face à un buteur de classe mondiale comme Halfpenny, ça ne pardonne pas. Cela a coûté cher au tableau d’affichage. Ce n'est pas dans notre habitude. Et puis, nous n'avons jamais réussi à mettre notre jeu en place, à réciter nos systèmes... Les Toulonnais nous ont bien contré, nous ont dominé. Je les ai trouvés vraiment impressionnants. On a entendu beaucoup de choses au sujet de la puissance de Montpellier, mais ce qu'il y avait en face ce soir, c'était assez énorme.

 

À chaud, quel premier bilan tirez-vous de cette saison ?

 

Nous avons tout de même réalisé une belle saison, avec un titre en Challenge européen. Jouer 18 matchs de suite, ce n'est pas rien... Il nous a peut-être manqué un peu de gaz pour aller jusqu'au bout en championnat, mais il y a un bel avenir dans cette équipe.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?