Novès : "Certains garçons ont été surprenants"

Malgré la défaite de ses joueurs, le sélectionneur du XV de France Guy Novès a affiché certains motifs de satisfaction non négligeables, à propos de certains joueurs sur lesquels le XV de France pourra compter à l’avenir.

Avez-vous des regrets à l’issue de cette défaite ?

Oui car à la 60e minute de jeu, nous sommes encore devant au score. Malheureusement, on a pris une initiative en jouant une pénalité à 14 contre 15 (ndlr : carton jaune de Poirot) dans nos 22 mètres. On est pénalisé en suivant et le match commence alors à tourner. J’ai donc des regrets par rapport à ça. Après, on a quand même présenté beaucoup de faiblesses en défense. On a été percé un peu trop facilement, à trois reprises notamment. Il ne faut pas l’occulter mais je ne peux pas vous dire que je ne suis pas heureux de voir le comportement général de ces joueurs. Devant, notamment dans la conquête directe, on fait une partie de grande qualité. Et on a vu des comportements très intéressants. D’un côté, on est donc heureux. De l’autre, on a des regrets. On a une semaine qui s’annonce studieuse pour essayer d’améliorer ce qu’on pourra.

 

Les difficultés défensives sont-elles dues à la vitesse que les Pumas ont su mettre, notamment sur les ballons de récupération ?

C’est vrai qu’ils ont su mettre de la vitesse lorsque nous avons perdu les ballons. Là-dessus, ils ont été dangereux. Mais, ce qui me peine, c’est que le peu de fois où ils ont attaqué, ils nous ont mis en danger. Ça, ça doit nous interpeller et nous faire réfléchir sur la façon dont on défendra la semaine prochaine. On a défendu aujourd’hui d’une certaine manière, je pense qu’il y aura des choses à revoir.

 

Vous soulignez cette pénalité jouée rapidement à la main comme le tournant du match. Est-ce une erreur de jeunesse ?

Il y a des joueurs qui avaient envie de produire du jeu. Jules a été appelé par d’autres joueurs. Mais, globalement, je pense que, malgré leur jeunesse, les joueurs doivent faire preuve de plus de maturité. On a quand même fait beaucoup d’efforts, on est revenu au score, on est passé devant. On est à 14 contre 15, le temps joue pour nous à ce moment-là. Il n’était pas nécessaire d’emballer le jeu dans nos propres 22 mètres. Autant certains ballons, au lieu de les rendre au pied, auraient dû être joués, autant là, ça ne s’imposait pas. C’est une erreur parmi d’autres. Tout ça pour dire que je ne sens pas mes joueurs si loin des Pumas, même si nous n’avons pas rencontré la meilleure équipe d’Argentine.

 

La satisfaction principale n’est-elle pas la conquête directe ?

Le staff a travaillé de manière admirable. Le travail entrepris la semaine dernière avant notre départ et cette semaine à Tucuman, nous a donné satisfaction. Il faut féliciter Yannick, Jeff et le staff entier. Mais aussi les joueurs. Parce que ces mecs-là arrivent d’Oyonnax, d’Agen, de Bordeaux. Ce sont des mecs qui n’étaient jamais venus (en équipe de France) et qui se retrouvent là. Le jeune Bonfils et Clément (Maynadier) ont fait 100% en touche. C’est qu’ils ont bien travaillé, mais visiblement, ce n’est pas suffisant. Être très bon en conquête, marquer sur un ballon porté, c’est parfait. On aurait d’ailleurs pu en jouer un ou deux de plus. Ceci étant, je pense que les Pumas vont réagir par rapport à ça. Mais de toute évidence, il faut qu’on soit plus efficace défensivement derrière. Je pense qu’on s’est trop souvent jeté. Peut-être est-ce dû à trop d’envie, mais face à des joueurs comme les Pumas, il faut savoir perde un peu de terrain, accepter de reculer, pour les coffrer plus facilement.

 

Regrettez-vous que vos joueurs n’aient pas plus insisté sur les ballons portés ?

Non, pas du tout. On ne peut passer notre vie à faire des ballons portés. Ce n’est pas le but de la manœuvre. On a fait des ballons portés quand ils étaient nécessaires. Là-dessus, on a été efficace. C’est à mettre au registre des satisfactions. Tant mieux. Le problème, c’est que nous avons des joueurs relativement jeunes à ce niveau, mais on voudrait qu’ils aient la maturité des anciens. Aujourd’hui, ils apprennent. Et nous, avec eux. On espère que les leçons d’aujourd’hui nous serviront pour la prochaine fois.

 

Vous aviez déclaré avant la rencontre que cette tournée était une très belle occasion pour jauger l’étendu du réservoir français. Qu’en est-il ?

Certains garçons ont été surprenants, mais je ne donnerai pas les noms. J’ai vu des garçons qui ne m’ont pas parus en dessous du niveau international, ni dans leur engagement, ni dans leur prestation, ni dans leur capacité à enchaîner les temps de jeu, ni dans l’esprit dans lequel nous voulons avancer. Il y a donc des satisfactions sur ce match.

 

Le réservoir n’est donc pas vide ?

Des doutes, j’en ai toujours. Le mec qui n’a pas de doute, je pense qu’il est trop con. Mais les garçons ont répondu à mes interrogations. Est-ce qu’ils sont capables de rivaliser au plus haut niveau ? Je pense que certains d’entre-eux, oui. On pourra s’appuyer sur certains joueurs présents ce soir à l’avenir.