Clermont-Racing : Azéma a-t-il raison ?

  • Clermont-Racing : Azéma a-t-il raison ?
    Clermont-Racing : Azéma a-t-il raison ?
Publié le , mis à jour

Très remonté après la défaite des siens en demi-finale du Top 14, face au Racing (33-34), l'entraîneur de Clermont, Franck Azéma, a pointé du doigt l'arbitrage notamment sur l'action de l'essai vainqueur. On a revu le match, décrypté les actions qui font jaser et donné la parole à l'ancien arbitre et responsable des arbitres, Franck Maciello.

Situation numéro 1 : la touche jouée rapidement par Imhoff

 Ce que dit Azéma : « Sur cette action, la touche est marquée, puisque deux joueurs de Clermont ainsi que deux joueurs du Racing se trouvent en face du point de sortie ». Autrement dit, pour Azéma, Imhoff n'aurait jamais dû pouvoir jouer la touche rapidement.

Ce que disent les images : Après une mêlée, le ballon ressort sur Brock James qui tape très loin en touche. Le ballon est péniblement contrôlé par Imhoff à l'extérieur du terrain qui, d'abord, veut jouer vite avant, finalement, de se raviser. Il décide donc de longer la ligne de touche pour revenir à l'endroit qu'indique l'arbitre de touche. Au dernier moment, l'ailier joue rapidement en direction de son partenaire, Dulin, revenu en retrai. Mais sa passe est interceptée par Fofana. Lorsque l'on arrête l'image au moment où le ballon part des mains d'Imhoff, trois joueurs de Clermont sont face à lui au niveau de l'arbitre de touche (Domingo, Lapandry et Strettle) avec un autre à proximité (Vahaamahina), marquant la touche en présence de trois Racingmen à proximitité immédiate (Chauveau, Kruger et Le Roux). 

Ce qu'en pense Franck Maciello : « On voit que géographiquement il y a des joueurs qui arrivent dans tous les sens. Personne ne marque véritablement l'alignement. Il y a trop de mouvements pour que la touche soit marquée (Ce n'est pas le cas de Domingo qui est arrêté, face à Imhoff, N.D.L.R.). Donc, Imhoff peut jouer rapidement. Je tiens à souligner également le comportement très fair-play de Franck Azéma qui ne touche pas le ballon. S'il l'avait fait, Imhoff n'aurait pas pu jouer aussi rapidement. »

 

Situation numéro 2 : le plaquage d'Imhoff sur Fofana

Ce que dit Azéma : « Wesley Fofana intercepte la touche rapidement jouée par Juan Imhoff et se fait plaquer. On voit nettement qu'après le plaquage, Juan Imhoff arrive sur lui les deux genoux en avant, ce qui est un geste dangereux, et donc pénalisable ».

Ce que disent les images : Fofana intercepte la touche d'Imhoff et se met dans le sens de l'en-but du Racing quand il se fait plaquer par Dulin. Fofana se relève mais il est mis à terre. C'est à ce moment qu'arrive Imhoff qui se couche sur Fofana avec le genou droit clairement en avant, au niveau de la cuisse de Fofana : l'autre genou reste en retrait. Mais le joueur du Racing ne se relève relève très vite ; Fofana lâchant le ballon et attendant du soutien.

Ce qu'en pense Franck Maciello : « Je ne vois pas Imhoff arriver les deux genous en avant. Il n'y a pas de jeu déloyal. Il vient pour l'action... »

 

Situation numéro 3 : la passe de Kruger pour Imhoff

Ce que dit Azéma : « Sur la transmission pour Juan Imhoff, il y a en-avant de passe, exactement pareil que sur l'essai qui nous a été refusé. Le ballon est transmis vers l'avant ».

Ce que disent les images : La passe de Radosavljevic est interceptée par Kruger qui élimine un clermontois et voit Imhoff arriver à sa hauteur. Quasiment en main-main, il lui donne le ballon, l'Argentin accélérant le long de la ligne pour aplatir dans l'en-but. Au ralenti, on voit que le geste de Kruger lors de la transmission ne va pas vers l'arrière. Mais la distance de passe avec Imhoff est tellement faible qu'il est quasiment impossible de savoir si la passe est véritablement en-avant ou à la limite, vu que Imhoff est sur la même ligne que Kruger. 

Ce qu'en pense Franck Maciello : « Pour qu'il y ait une passe en-avant, il faut que les mains ou le ballon prennent la direction de la ligne d'en-but adverse. On voit ici que Kruger a les épaules inclinées et on ne peut pas siffler. Il n'y a surtout rien de clair, ni d'évident. L'essai aurait dû être refusé si l'on est capable de montrer que le ballon va clairement vers l'avant. Mais là, qui peut le prouver clairement ? »

 

Situation numéro 4 : le plaquage de Kruger sur Stretlle

Ce que dit Azéma : « Après sa passe, on voit Kruger qui se décale et se jette sur David Stretlle, l'empêchant de défendre sur Juan Imhoff. Cela aussi pouvait valoir une faute, et aurait donc pu être une raison de ne pas valider l'essai ».

Ce que disent les images : C'est un contact qui est quelque peu passé inaperçu. Une fois sa passe effectuée pour Imhoff, Kruger semble en bout de course, comme s'il allait trébucher. Il poursuit sa course en diagonale et percute David Stretlle, qui revenait à toute vitesse en direction de son en-but, en épaule contre épaule ce qui fait tomber ce dernier. Il l'accroche également par le maillot comme le rélève clairement une photo prise depuis l'enbut clermontois et montrée par le journal La Montagne. Kruger, après ce contact, tombe également à terre.

Ce qu'en pense Franck Maciello : « Kruger est en déséquilibre, on le voit par son buste incliné. On a le sentiment qu'il perd ses appuis. Après, sans faire offense à personne, je ne pense pas que Stretlle aurait rattrapé Imhoff..."

 

Situation numéro 5 : l'essai refusé à Fofana à la 19e minute

Ce que dit Azéma : « Je me dis que si l'essai de Wesley Fofana a été refusé, celui de Imhoff aurait également du être refusé. Et s'il a été accordé, c'est que le nôtre aurait dû être validé ».

Ce que disent les images : A la sortie d'un ruck, Parra donne à Lapandry qui transmet directement à Fofana quasiment en main-main. L'international s'en va aplatir mais l'arbitre juge la passe de Lapandry en-avant. Au ralenti, on peut voir que le geste de la passe ne va pas véritablement vers l'avant, ni vers l'arrière non plus. Mais il cherche à transmettre à Fofana à la limite de l'en-avant, lui qui arrive lancé. Si l'ampleur du mouvement des bras diffère légèrement, le mouvement n'en reste pas moins similaire à celui de l'essai du Racing, signé Imhoff, qui lui a été validé.

Ce qu'en pense Franck Maciello : « Avez-vous déjà vu un ministre de la Justice commenter les décisions d'un magistrat ? Je ne veux pas rajouter de la polémique à la polémique. Je peux simplement constater que, sur cette action, l'arbitre a jugé que la main et le ballon allaient vers la ligne d'en-but adverse. D'où le refus.»

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?