Les étoiles du Camp Nou

  • Les étoiles du Camp Nou
    Les étoiles du Camp Nou
Publié le / Mis à jour le

Au Camp Nou, le Racing 92 et le Rugby club toulonnais s’affronteront pour décrocher le titre de champion de France. pour le RCT, cela célébrerait la fin de l’ère Laporte. Pour les Franciliens, ce serait un avènement. Ce match sera aussi l’occasion de voir les meilleurs joueurs d’Europe.

RUGBY CLUB TOULONNAIS

Sa phase régulière

Les Toulonnais ont fini à la deuxième place du classement. Lors de la dernière journée, ils ont largement emporté leur match face à l’UBB (44-3). Le président Mourad Boudjellal souhaitait pourtant jouer un barrage à domicile. Pour offrir à son public et à Bernard Laporte, une dernière digne de ce nom.

Sa phase finale

Victoire 27 à 18 au Roazhon Park. Pourtant outsider au début du match, les Toulonnais ont fait une rencontre très aboutie. Les Varois ont maîtrisé leur match à la perfection. D’abord grâce à la force de leur pack mais aussi au retour de leur artificier Leigh Halfpenny. L’arrière gallois n’avait plus foulé une pelouse depuis début septembre. Neuf mois loin des terrains qui ne l’ont pas empêché de réaliser un récital au pied : quatorze points au total qui ont mis le RCT sur une voie royale. Ils auraient pu penser être inquiétés par les deux essais de Jesse Mogg, mais il n’en fut rien.

Son atout collectif

La puissance physique de ses Géorgiens. Enmenés par Mamuka Gorgodze, les performances de Levan Chilachava et Konstantin Mikautadze influent beaucoup dans le système toulonnais.

Ses hommes clés

Matt Giteau :C’est le maître à jouer de cette équipe, quand il est à son meilleur niveau, le RCT perd rarement.

Leigh Halfpenny : Toulon a eu du mal à se trouver un buteur cette saison, affichant un taux de réussite plutôt faible. Le retour du Gallois fait un bien fou.

Guilhem Guirado : Il a vraiment changé de dimension cette saison. Le leader de la première ligne toulonnaise.

Steffon Armitage : le meilleur joueur d’Europe de l’année 2014 a fait une demi-finale exceptionnelle. Il reste un poison dans les rucks.

Son palmarès

4 fois champion de France de Première Divison

(1931, 1987, 1992, 2014).

3 fois champion d’Europe

(2013, 2014, 2015).

2 fois champion de France de Deuxième Division

(2005, 2008).

RACING 92

Sa phase régulière

Lors de la dernière journée de championnat, les Franciliens ont choisi leur adversaire en barrages : préférant affronter Toulouse plutôt que le Castres olympique, qui ne leur réussi pas trop. Les coéquipiers de Dan Carter ont donc fini à la quatrième place de la saison régulière.

Sa phase finale

En barrage face au Stade toulousain, les Franciliens, non sans mal, l’ont emporté 21 à 16 à Colombes. Lors de ce match, Dan Carter, de retour de blessure, a réussi un sans-faute et inscrit 18 points pour les siens. Un match où le spectacle s’est réduit à un jeu minimaliste, un rude combat et une pléiade de maladresses. Tout le contraire de la demi-finale face à Clermont. On a assisté à Rennes, au plus beau match du championnat de France cette saison. Victoire 33-34 (a.p.) du Racing face à l’ASM. Après avoir été rejoint deux fois au score durant le temps réglementaire par une équipe clermontoise intenable elle aussi, puis mené dans les prolongations, le Racing 92 a su trouver les ressources, à l’ultime minute grâce à un essai de Juan Imhoff et une transformation de Dan Carter.

Son atout collectif

La force de contre-attaque. Le triangle arrière Dulin-Rokocoko-Imhoff est en ce moment, très en jambes.

Ses hommes clés

Dan Carter : Après avoir râté sa finale de Champions Cup, il va avoir à cœur de se racheter. Il sera sûrement la clé de ce match.

Johannes Goosen : Il est le meilleur joueur du Racing 92 cette saison.

Maxime Machenaud : La présence de Dan Carter le soulage. Il est en ce moment en grande forme.

Chris Masoe Le vétéran : de 37 ans est plus en forme que jamais, il va jouer contre son ancien club en finale. Un leader de pack hors-normes.

Son palmarès

5 fois champion de France de Première Divison

(1892, 1900, 1902, 1959, 1990).

2 fois champion de Deuxième Divison

(1926, 2009).

Ph. P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir