Mermoz : "Ça nous a mis le bordel"

  • Mermoz :  "Ça nous a mis le bordel"
    Mermoz : "Ça nous a mis le bordel"
Publié le / Mis à jour le

Battu par le Racing 92 lors de cette finale historique, le centre international n'a pas caché sa frustration. Et regrette que son équipe se soit délitée alors qu'elle était en supériorité numérique derrière l'expulsion de Maxime Machenaud.

Propos recueillis par Jérémy FADAT et Vincent BISSONNET, envoyés spéciaux

 

 

 

Quel est votre sentiment après cette finale perdue ?

 

C'est très difficile à accepter. L'équipe rentre plutôt bien dans la partie. Paradoxalement, le carton rouge nous fait un peu lâcher prise. Les fautes s'enchaînent et, sans être en danger pourtant, nous sortons du match. Peut-être qu'inconsciemment il y a eu un relâchement. Ils prennent confiance de leur côté et ça nous a mis le bordel.

 

Vous y avez néanmoins cru jusqu'au bout...

 

Il y a cette mêlée à 5 mètres à la fin. Nous sommes dans un temps fort. Si nous marquons, ça peut faire match nul ou même nous permettre de passer devant. Mais il y a encore pénalité contre nous. C'était la fin de haricots.

 

Bernard Laporte disait que ce match était un peu à l'image de votre saison. Partagez-vous cet avis ?

 

Il y a eu de très bonnes choses mais nous avons aussi perdu beaucoup trop de matchs de par nos fautes. Et à force d'en faire, on sort de la rencontre et on n'arrive plus à impulser le rythme. Là, le Racing s'est vraiment recentré sur le grattage, le jeu au sol en général et l'occupation du terrain. Ça a marché.

 

Sur le terrain, sentiez-vous que les choses vous échappaient ?

 

Oui. On le voyait par rapport au score. C'est trois points, puis trois points, puis trois points... Et, là, tu te dis que... (il coupe) En plus, on faisait des fautes à cinquante mètres sur beaucoup que nous avions pourtant. Tu te dis qu'on ne parvient pas à trouver la sérénité et la construction nécessaire.

 

De même, avez-vous failli sur le plan stratégique ?

 

Oui, car on ne devait pas jouer autant depuis notre camp. On s'attendait à mettre des jeux au pied de pression. Cela n'a pas été le cas.

 

Comment expliquer que vous n'ayez pas réussi à profiter de votre supériorité numérique et à réorganiser votre jeu ?

 

Comme vous avez pu le voir, dès que nous bénéficions d'actions positives, cela se finissait par une pénalité contre nous. Sur les mêlées, nous étions chahutés. En touche, nous étions chahutés. Du coup, nous n'avions plus beaucoup d'arguments pour repasser devant. Dès que nous étions dans l'avancée, le soutien était peut-être un peu trop loin et les Racingmen grattaient le ballon.

 

Le fait de perdre cette rencontre au Camp Nou,dans une finale historique, rajoute-t-il à la frustration personnelle ?

 

Que ce soit là ou ailleurs, c'est la même chose. Tu perds en finale, c'est pareil.

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir