Serin et culotté

  • Serin et culotté
    Serin et culotté
Publié le

 Il était de ceux qui avaient le plus à gagner sur ce second test-match face à l’Argentine, Baptiste Serin a confirmé tous les belles promesses de la première rencontre. A coup sûr, il figurera dans la liste « Elite » des trente joueurs protégés que dévoilera dans les jours à venir le sélectionneur Guy Novès.

Maxime Machenaud a beau être champion de France en titre depuis vendredi soir, il a du souci à se faire pour sa place en équipe de France. Déjà auteur d’un partie remarquée lors du premier test-match-match face à l’Argentine, Baptiste Serin a confirmé tout le bien que le staff pensait déjà de lui. C’était tout l’enjeu de cette fin de tournée. « On a des joueurs qui avait marqué des points et on voulait les revoir, avait sobrement commenté Guy Novès avant cette seconde rencontre. Ceux qui reviennent, c’est pour savoir si il peuvent rééditer la même performance. » Le sélectionneur du XV de France n’a sans doute pas été déçu par le Bordelo-Béglais. Au contraire. D’abord, Serin est à l’origine du premier essai de la rencontre, juste avant la mi-temps. Celui qui avait relégué Sébastien Bézy sur le banc pour cette rencontre, alors que ce dernier avait participé aux cinq rencontres du Tournoi des 6 Nations, a profité d’une belle avancée de son pack en mêlée et d’un départ dans le côté fermé de Louis Picamoles pour s’offrir, le long de la ligne de touche, une chevauchée de 50 mètres avant de servir avec une passe, un poil chanceuse, Hugo Bonneval. Un essai en première main, ce qui mérité d’être souligné, permettant aux joueurs de Guy Novès d’avoir une avance de dix points à la pause (0-10). Avant cela, Baptiste Serin a parfaitement su gérer la gestion des temps forts et des temps faible. Il a également su alterner les différentes formes de jeu, assurant des coups de pieds aussi juste que pertinents. Et comme toujours, la qualité de sa passe a permis aux Bleus de lancer ses offensives avec de la vitesse et un timing quasi-parfait.

De tous les novices du premier test, il est celui qui avait le plus à gagner. Assurément, il a réussi son pari. Sauf hérésie de la part du staff tricolore, il figurera dans la liste des trente joueurs « Elite » que le sélectionneur Guy Novès devrait communiquer dans les jours à venir. Par delà, ses qualités affichées durant toute la rencontre, il a aussi su prendre ses responsabilités et démontrer qu’il pouvait devenir un vrai leader de jeu, malgré ses 21 ans. Un exemple ? Il n’a pas hésité à joué rapidement une pénalité à la main, semant le danger dans la défense argentine(36e). Une action qui aurait pu se concrétiser par un essai. Las, le ballon sera perdu en suivant dans le ruck, en raison d’un soutien offensif inefficace. Il a encore redoublé d’audace après dix minutes de jeu en seconde période en dynamisant le jeu sur une pénalité joué vite dans ses propres 22 mètres, puis un tapant un immense coup de pied à suivre dans l’espace libre, obligeant, in fine, un défenseur argentin à sauver in-extremis sa ligne d’en-but devant Hugo Bonneval. Du vrai bon boulot qui lui promet probablement une belle et longue carrière en bleu.

 

 

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?