RCT : tout ce qui va changer cet été

  • RCT : tout ce qui va changer cet été
    RCT : tout ce qui va changer cet été
Publié le , mis à jour

Entre le départ de Bernard Laporte, la traumatisante fin de saison et le renouvellement de joueurs, le RCT est contraint de tourner une page de son histoire. Au niveau des hommes en place comme dans la vie au quotidien, les changements vont être nombreux au sein du club varois.

Le RCT reprendra le chemin de l’entraînement le mardi 26 juillet. Un mois après la désillusion barcelonaise, cette reprise marquera avant tout le lancement d’un nouveau cycle. L’ère Laporte est terminée et les ambassadeurs de cette époque bénie se comptent sur les doigts de deux mains avec les départs des frères Armitage, de Frédéric Michalak ou encore d’Alexandre Menini. Entre ces changements choisis ou contraints et la volonté affirmée de tirer les leçons du passé, le triple champion d’Europe va être remanié en profondeur. État des lieux des travaux de rénovation.

Le staff et l’organigramme

Qui composera l’encadrement technique du RCT édition 2016-2017 ? Le feuilleton n’est pas encore terminé. Si Diego Dominguez devrait bien officier comme manager, la composition de son staff reste indécise. Si le duo Delmas-Meehan est parti pour honorer sa dernière année de contrat, Mourad Boudjellal souhaiterait tout de même lui adjoindre Marc Dal Maso. Les deux hommes ont évoqué cette éventualité ce mardi lors d’une entrevue. Le technicien landais avait signé un précontrat, cet hiver. Reste un obstacle : comment l’ancien responsable de la mêlée du Japon peut-il cohabiter avec Jacques Delmas ? L’entraîneur des avants, double vainqueur de la Coupe d’Europe et triple champion de France, officie seul depuis trois ans et avec l’assentiment des joueurs. Cette question doit être tranchée au plus vite. Steve Meehan et Jacques Delmas devront apprendre à travailler avec au moins un nouveau confrère : Shaun Edwards. Le Gallois, responsable de la défense du XV du Poireau, a été recruté pour donner un nouvel élan au collectif. Les secteurs médical et administratif connaissent aussi des remaniements : le médecin Pascale Lambrechts, l’ostéopathe Jean-Pierre Darnaud, un des kinés et le directeur général Patrick Bouquet ont d’ores et déjà quitté le club.

La vie du vestiaire

Seulement neuf joueurs de l’effectif actuel étaient présents au début de l’ère Laporte, à l’été 2012 (Orioli, Chiocci, Chilachava, Suta, Fernandez Lobbe, Tillous-Borde, Giteau, Bastareaud, Mermoz). à l’intersaison, une quinzaine de changements ont été effectués dans le vestiaire. La vie de groupe, une des spécificités du RCT, va-t-elle en être impactée ? Ses principaux animateurs (Giteau, Mitchell, Bastareaud) et la plupart de ses «tauliers» (Suta, Smith, Fernandez Lobbe) seront chargés de préserver cette ambiance unique, savant mélange de décontraction et de sérieux. Reste à savoir comment sera géré le traumatisme de la fin de saison dernière : « J’espère que nous aurons la force et le caractère de nous relever, expliquait Maxime Mermoz dans nos colonnes ce lundi. Il faut se projeter sur ce qui va arriver, se lancer à fond dans le nouveau projet, réfléchir à tout ce qui doit être mis en place.» Facile à dire…

La communication extérieure

Club médiatique par excellence, le RCT a décidé, au moins provisoirement, de se recentrer sur lui-même et de fuir la lumière. Pour son unique sortie médiatique depuis la finale, Mourad Boudjellal a choisi la presse locale. Comme un symbole. « Je vais fermer ma gueule et travailler », a même annoncé le président dans Var Matin, lors de la garden-party organisée par Hubert Falco ce lundi. Mayol, machine à alimenter la chronique, va baisser le volume, avec un Boudjellal en sourdine et Bernard Laporte parti mener d’autres luttes. L’homme fort du club rouge et noir ne veut plus se disperser et entend redonner la priorité aux choses simples, importantes, essentielles. La tournée estivale au Japon, remise en cause en interne car assurément génératrice de fatigue, vient ainsi d’être annulée. Sur le plan commercial, son apport aurait pourtant été incontestable. Les délocalisations, décriées la saison passée et malheureuses sur le plan sportif avec deux défaites, vont être réduites à la portion congrue : une seule est prévue, au Stade Vélodrome de Marseille. Comme si les leçons du passé devaient être retenues. À trop vouloir briller, le RCT s’était peut-être brûlé les ailes...

Mais aussi…

La mue opérée par le RCT va aussi consister en un changement de maillot : au revoir Burrda Sport, place à Hungaria Sport. Le club varois sera désormais habillé par l’équipementier français, de retour au premier plan. Parmi les décisions prises, les supporters apprécieront la légère baisse des abonnements et des prix des places. Enfin, le stade Mayol va entrer dans la dernière phase de son agrandissement et de sa rénovation pour voir sa capacité portée à 18000 places, à compter de l’été prochain.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?