Cavaillon : entamer un nouveau cycle

  • Cavaillon : entamer un nouveau cycle
    Cavaillon : entamer un nouveau cycle
Publié le , mis à jour

Pour sa seconde saison de rang à ce niveau, Cavaillon a déçu. Jusqu’à oublier de composter son ticket d’accés aux phases finales. Aujourd’hui, il se veut revanchard.

« Cela a été une saison compliquée. Peut-être la saison de trop. J’aurais dû prendre du recul quand Cyril Gil a quitté le club. La prochaine sera ma dernière. » Franck Debrincat, le boss du club, nourrit des regrets. C’est peu dire qu’il n’a pas goûté au dernier exercice. « L’an dernier, tout le monde n’était pas aussi concerné par les objectifs du club. » À l’automne, Cavaillon s’était pourtant retrouvé avec les bonnes cartes en main. Quatre succès en quatre matchs avant de dessiner une phase aller solide. Et boucler, en décembre, dans le cercle étroit du carré de tête après avoir montré un temps les épaules d’un premier de cordée. La trêve des confiseurs a tout cassé. Comme une brusque panne de carburant. Et personne dans les rangs pour relever la tête.

Jusqu’à connaître cinq revers en huit matchs. Et boucler sa saison par un forfait après avoir oublié de préserver à Lombard une autorité solidement établie depuis deux ans. « Dans les têtes, d’aucuns ont décroché. Sur les derniers matchs, on n’a pas été des compétiteurs. Il y a eu un manque d’engagement et de respect de l’effectif pour le club et ses bénévoles », observe, aujourd’hui, Franck Debrincat. « C’est vrai que l’on avait les moyens de disputer une phase finale, mais finalement c’est une saison en adéquation avec nos moyens, tempère, avec le recul, son désormais ancien entraîneur Jean-Philippe Colonna. Cela a été une année de transition. » « C’est vrai qu’il y a eu aussi trop de faux pas et de points lâchés ici et là », reconnaît le troisième ligne centre Florian Dubourg.

Franck Debrincat : « boucler dans les six »

La page se tourne. La nouvelle saison sera peut-être encore compliquée avec le maintien pour seul vrai fil conducteur, mais le club cavare entend rebondir et retrouver son invincibilité à la maison. Il y a des signes encourageants pour coller à cette feuille de route. « L’an dernier, on a intégré de la jeunesse, amené du sang neuf dans l’effectif et donné du temps de jeu », positive Jean-Philippe Colonna. De quoi permettre d’emmagasiner un minimum d’expérience et de prendre un peu plus d’épaules. « Avec de la jeunesse et quelques papas, Cavaillon entame un nouveau cycle, assure son vice-président Alain Galey. Il faut maintenant recréer un esprit de groupe. »

À l’intersaison, sept titulaires ont quand même pris la tangente. Des arrêts tout bonnement ou d’autres choix personnels. « Je suis un peu amer, reconnaît Franck Debrincat. Cela nous a obligé à recruter dans l’urgence. » Cela bouge aussi dans le staff technique. Ce sera toujours avec Arnaud Surroque en charge des avants, mais avec Laurent Pauleau en provenance de Châteaurenard pour succéder à Jean-Philippe Colonna. « Ce serait bien de terminer dans les six, espère Franck Debrincat. Après, j’ai confiance pour le maintien. il ne peut pas nous arriver une catastrophe sportive. » « L’objectif sera de se régaler, boucle Florian Dubourg. Et surtout d’aller le plus loin possible. » Chiche.

Stade Union Cavaillonnais

Date de création : 1903
Nombre de licenciés : 180
Plus haut niveau atteint : Première Division (1929)
Palmarès : champion de Provence Honneur (2014), challenge Leydier (1993, 1994, 1995, 1996)
Budget : 280 000 €
En 2015-2016 : Fédérale 3, 5e poule 12, maintenu

Par Olivier Gagnebien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?