[Revue de l’élite/Grand témoin] Dimitri Yachvili : « Je suis un peu inquiet »

  • [Revue de l’élite/Grand témoin] Dimitri Yachvili : « Je suis un peu inquiet »
    [Revue de l’élite/Grand témoin] Dimitri Yachvili : « Je suis un peu inquiet »
Publié le , mis à jour

L’ancien demi de mêlée international et du BO aujourd’hui consultant pour BeIN Sports garde un œil très attentif sur le poste qu’il a occupé pendant plus de dix ans à haut niveau. Il revient sur ce classement et nous parle de l’évolution du poste de numéro 9.

Que pensez-vous de ce classement ?

Pour moi, c’est cohérent. Maxime Machenaud mérite sa première place quand on voit l’année du Racing ainsi que son évolution personnelle…

Y a-t-il un joueur en particulier dont vous aimeriez parler ?

Benoît Paillaugue fait une très belle saison avec Montpellier. Cela fait quelques années qu’il livre de belles prestations avec régularité, mais cette saison elles sont mises en lumière grâce aux bons résultats du MHR. Avec ce titre en Challenge Cup et cette demi-finale en Top 14, il a été le fer de lance de son équipe. Je regrette simplement qu’il n’ait pas été titularisé lors de la finale européenne.

Un mot sur Baptiste Serin. Avez-vous été impressionné par sa saison, comme beaucoup d’observateurs ?

Je ne suis pas trop étonné de son explosion. J’ai un œil sur ce joueur depuis quelques années, notamment avec les équipes de France jeunes. Je voyais déjà un joueur avec beaucoup de qualités et d’humilité. Il est en train de s’imposer avec son club dans un style qui me plaît beaucoup. Il a un jeu fin et un très bon pied. Il alterne bien le jeu de son équipe. On voit une véritable aisance technique. Et lors de cette tournée difficile, où il y avait beaucoup à perdre, où on pensait qu’ils allaient prendre « cher », moi le premier, beaucoup de joueurs ont marqué des points dont Baptiste Serin.

Le pensez-vous capable de s’imposer sur le long terme, notamment en équipe de France ?

On voit une véritable aisance technique chez ce joueur même si, forcément, à son âge, il a beaucoup de choses à améliorer. Sur un ou deux matchs, on ne peut pas faire trop de conclusion sur la qualité future d’un joueur, mais on peut quand même sortir certaines choses et je crois que Baptiste a les moyens de s’imposer. Il va falloir qu’il soit très performant en club et qu’il soit bon sur la durée, car le plus dur n’est pas d’y arriver, mais de s’y maintenir.

On trouve dans ce classement neuf Français, plus Rory Kockott qui est sélectionnable pour le XV de France. Cette spécificité vous surprend-elle ?

C’est vrai que c’est étonnant de par l’arrivée de beaucoup de stars étrangères, mais ça fait aussi plaisir que les joueurs français soient titulaires dans leur club et puissent s’imposer. Cela montre aussi la bonne formation française qu’il y a derrière, surtout à des postes charnières.

Que pensez-vous de l’évolution de ce poste ?

Je suis un peu inquiet. Désormais, le jeu semble basé uniquement sur le défi physique et sur le paquet d’avant. C’est un poste assez fin et stratégique, j’ai un peu l’impression que cela se perd. De nos jours, il y a beaucoup de demis de mêlée avec des physiques de troisième ligne alors que l’essence même de ce poste c’est quand même la finesse. Les numéros 9 sont maintenant plus costauds. Ils sont capables de partir sur les bords de rucks pour aller défier physiquement les adversaires. Pour moi, le demi de mêlée ne doit pas être le joueur qui va défier physiquement l’adversaire. Il y a huit avants pour le faire, voire des trois-quarts qui sont de plus en plus costauds.

Alors, qu’est-ce qu’un bon 9 ?

Personnellement, je préfère un 9 qui fait jouer les autres et qui parfois est un peu plus dans l’ombre, avec un côté stratégique beaucoup plus travaillé. Ces caractéristiques se sont un peu perdues ces dernières années. Des joueurs comme Jean-Baptiste Ellisalde par exemple, qui n’avaient pas de grosses qualités physiques, mais qui pouvaient gérer l’équipe, faire jouer autour des rucks et avoir un jeu un peu plus fin, n’existent plus beaucoup. Le demi de mêlée doit prendre du recul et gérer avec plus de repères. Il doit être un meneur d’hommes et surtout, il doit avoir une aisance technique et une technique individuelle parfaite.

Qui est pour vous actuellement le meilleur numéro 9 mondial ?

Il est difficile de sortir un joueur du lot mais il est difficile de passer à côté d’un joueur comme Aaron Smith. Il a un bon déplacement et une passe parfaite. Il maîtrise toutes les caractéristiques d’un bon numéro 9.

Propos recueillis par Lucas VOLA

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?