Jean-Pierre Elissalde : « La Rochelle, un club qui pense à notre rugby »

  • Jean-Pierre Elissalde : « La Rochelle, un club qui pense à notre rugby »
    Jean-Pierre Elissalde : « La Rochelle, un club qui pense à notre rugby »
Publié le / Mis à jour le

Figure emblématique du Stade rochelais, Jean-Pierre Elissalde garde toujours un œil bienveillant sur ce club dont il a été joueur et entraîneur. Pour lui, le véritable objectif de La Rochelle cette saison est de rester et se pérenniser dans l'élite.

Que pensez-vous du recrutement de La Rochelle pour cette saison ?

Il est divers avec une bonne place accordée aux joueurs du sept comme Retière et Barry. Il y a pas mal de jeunes mais aussi de joueurs confirmés comme Vito et Brock James. Ensuite, il y a des gars qui sortent un peu de nulle part et l'on verra au fil de la saison si ce sont de bonnes pioches. C'est un recrutement qui tape un peu partout surtout depuis que La Rochelle a quelques moyens. C'est donc varié et très cohérent comme souvent au Stade Rochelais. Avec ce recrutement,

La Rochelle entre t-il selon vous dans une nouvelle dimension ?

Ils n'ont pas vraiment le choix. Tous les clubs français font cela. Les montées de Soyaux et Vannes ne sont aussi pas anodines pour La Rochelle sur cette façade atlantique. La Rochelle est obligé de se développer ainsi. Et c'est peut être aussi cela le problème. Ils doivent se développer au niveau financier, au niveau du recrutement, des joueurs. Mais c'est la stratégie de tous les clubs.

La construction du nouveau centre d'entraînement en fait-il également partie ?

Oui, ça en fait partie. Mon père avait une devise qui disait : « Le club, l'équipe, le joueur ». Mais aujourd’hui, on voit que c'est difficile de la tenir. Il faut mettre de l'argent dans les structures du club. La Rochelle l'a fait tout en gardant l'âme du club puisque le stade a été agrandi mais est toujours au même endroit. C'est une nouvelle dimension mais quand même axé sur une certaine réalité. Le club reste le même.

Le club fait-il aujourd'hui partie des outsiders pour une place dans le Top 6 ?

Pour que La Rochelle atteigne le Top 6, il faut qu'une équipe en sorte. Mais aujourd'hui la question c'est : qui peut en sortir ? C'est aussi un peu le problème de notre sport. Tout le monde se renforce et se développe pour rester à son niveau. Je crois d'ailleurs que dans son histoire, La Rochelle n'a finit que trois fois dans le top 8. Y être serait déjà une grosse performance. Mais l'objectif est surtout d'être dans les douze et de ne pas descendre. Compte tenu des nouvelles règles de la Ligue, il faut finir dans les douze cette saison puisque dans un an se sera sans doute plus facile.

Cette politique de faire confiance aux jeunes du centre de formation vous plait-elle ?

Que La Rochelle le fasse c'est bien mais il faudrait que cela soit fait plus globalement. C'est bien parce que c'est cette diversité qui fait la particularité du Stade Rochelais. Des clubs qui font autant jouer leurs jeunes, il n'y en a pas beaucoup. Cela fait partie de la panoplie des Rochelais.

Néanmoins, n'est-ce pas un risque face au manque d'expérience de certains jeunes joueurs ?

Ils sont bien encadrés. La Rochelle ne les fait pas jouer par obligation. Là il y aurait un risque. Aujourd'hui, c'est une réflexion du club. Cela fait partie de la politique du club. C'est un projet. Et il faut cette diversité. Le plus grand risque serait de ne pas faire jouer les jeunes. Ce serait risqué pour le rugby français. La Rochelle est un club qui pense globalement à notre rugby.

Ne place t-on pas trop d'espoirs en Arthur Retière ?

C'est peut être un petit peu tôt pour lui... C'est un garçon qui a une bonne paire de jambes. C'est au niveau de sa technique notamment dans ses passes qu'il doit travailler. Tout comme son jeu au pied. Le VII est un autre sport. Mais Retière est fait physiquement et mentalement, il faut qu'il progresse dans la technique. Il faut avoir une certaine maîtrise au poste de neuf lorsque le ballon est arrêté. Mais après ce sera au Stade Rochelais de voir quand il sera prêt. Le club est bien mieux placé que moi pour juger. Sur ce que je vois, les joueurs de VII n'ont pas de postes spécifiques. Surtout, au poste de neuf, cela mérite une plus grande réflexion.

D'ici quelques années, pourrait-on retrouver le Stade rochelais avec une majorité de joueurs formés au club dans le XV type ?

La Rochelle ne peut pas avoir raison tout seul. C'est le rugby français dans son intégralité qui doit réfléchir à tout cela. Il faudrait revenir à une formation française au niveau de tous les clubs. Il n'y a pas d'obligation actuellement donc tout le monde ne le fait pas. Le Stade Rochelais est toujours différent des autres mais fait un petit peu comme tout le monde aussi.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir