[SAGA PRO D2] Colomiers, un goût de revenez-y

  • [SAGA PRO D2] Colomiers, un goût de revenez-y
    [SAGA PRO D2] Colomiers, un goût de revenez-y
Publié le , mis à jour

Demi-finaliste au printemps dernier, Colomiers entend bien consolider sa position dans la partie haute du classement.

Alain Carré, le président la SASP, n’a pas la mémoire courte. Voilà tout juste dix ans, le premier exercice de la reconquête avait été bouclé sur la base d’un budget de 2,4 millions d’euros. Quinze jours après la reprise de l’entraînement, c’est un prévisionnel de 6 millions qui est annoncé par le successeur du regretté Michel Bendichou. Et ce, alors que les subventions municipales ont été revues à la baisse au grand dam d’un encadrement susceptible de considérer à juste titre que le club de rugby est, de loin, la vitrine la plus représentative de Colomiers.

Ne pas tout gâcher

Et oui, les rugbymen ont pris du volume. Une progression ininterrompue de l’association chère à Jean-Louis Delon et Serge Toneguzzo incluse, cela va de soi, tel est le fil conducteur de ceux qui entendent bien continuer sur leur lancée quand bien même la modestie fait partie intégrante du patrimoine génétique local : « Un club se doit d’être ambitieux, jouer le maintien, à la longue, c’est usant. » Il faut croire que nul n’a oublié les va-et-vient de 2007 et 2011 dans l’ascenseur. Hasard ou simple coïncidence, Aurillac, qui avait flirté avec l’échelon supérieur au printemps 2005 (avec un certain Fabien Berneau, actuel directeur sportif du centre de formation, en figure de proue), fut relégué l’année suivante !

Mais les Columérins nous semblent objectivement à l’abri d’un tel scénario catastrophe. De par son incomparable capacité à tirer le maximum d’un groupe de plus en plus compétitif, leur staff a marqué des points en conséquence de l’autre côté de la ligne de touche. Avec la régularité comme pierre angulaire. N’oublions surtout pas qu’il lui fallut composer dès la mi-septembre sans Amosa, son brillantissime « impact player » parti faire les beaux jours de La Rochelle.

Ou pallier l’absence, à plusieurs reprises qui plus est, de David Skrela, la seule star proprement dite d’un effectif lui-même sensiblement renouvelé durant l’intersaison. Sur le terrain du moins car l’ancien ouvreur international, au même titre que Fabrice Culinat, est appelé à prodiguer ses meilleurs conseils de l’autre côté de la barrière.

L’utile et l’agréable

Justement, ce même Bernard Goutta s’apprête à effectuer sa cinquième saison en tant qu’entraîneur principal. Avec le même colistier depuis 2013-2014. Un gage supplémentaire de stabilité pour un club que l’on sait très attaché à une gestion familiale. Un brin obsolète pour les uns, simplement atypique pour les autres, le dit mode de fonctionnement n’en a pas moins fait ses preuves. Les Haut-Garonnais de l’ouest de la périphérie toulousaine sont avant tout des gens discrets. Et c’est sans doute ce qui les rend si populaires, au-delà de l’affluence aux guichets qui ne constitue pas le critère le plus fiable.

En joignant l’utile (une authentique culture de la victoire doublée d’une appropriation territoriale de plus en plus prégnante sur le modèle catalan) à l’agréable (des mouvements bien construits, panache oblige), le groupe est prêt à battre le fer tant qu’il est chaud. « Parce qu’il n’est pas rassasié ! », s’exclame celui qui, depuis maintenant quatre ans, le pilote, le sculpte, avec passion. Un groupe passé, mine de rien, du stade de simple candidat au maintien à celui de qualifiable. Et que voilà formaté un peu plus encore pour attaquer « toutes les zones du terrain. »

Bien-sûr -et la réforme à venir en 2017-2018 ne peut que l’accréditer- l’hypothèse d’un retour parmi « la crème de la crème » de l’ovalie hexagonale est quasi impossible à formuler. Pour ce qui est en revanche d’une installation durable aux premières loges de son antichambre, le scénario n’a rien d’illusoire.

Par Philippe Alary

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?