[SAGA TOP 14] Savare : « Ne pas refaire les mêmes erreurs »

  • [SAGA TOP 14] Savare : « Ne pas refaire les mêmes erreurs »
    [SAGA TOP 14] Savare : « Ne pas refaire les mêmes erreurs »
Publié le , mis à jour

Décu de la saison passée, l’homme fort du Stade français, Thomas Savare, a décidé de renforcer le staff technique autourde Gonzalo Quesada. Il souhaite retrouver les phases finales du Top 14.

Comment souhaitez-vous que votre équipe aborde cette nouvelle saison ?

J’espère avec beaucoup d’envie, beaucoup d’appétit et un sentiment de revanche par rapport à la saison ratée de l’année dernière. La saison a été analysée. Je pense qu’on a à peu près compris ce qui s’était passé. On va essayer de ne pas refaire les mêmes erreurs. Nous avons donc fini très tôt notre championnat, mais, cela nous permettra d’avoir une préparation à peu près normale, malgré quelques internationaux manquants. Il y a un nouveau staff qui se met en place, un effectif extrêmement stable. Nous devrions être prêts pour aborder les premiers matchs de la saison.

De quelles erreurs parlez-vous ?

C’est essentiellement autour de la digestion du titre de 2015. Je crois qu’inconsciemment il y a eu un peu moins d’envie. Le statut de champion n’a pas été assumé. La saison dernière nous a remis les pieds sur terre. Il y a évidemment toutes les excuses liées à la Coupe du monde, mais encore une fois, la raison principale de l’échec ne se situe pas là.

Le staff a été lourdement renforcé. Est-ce en raison des leçons qui ont été tirées de la saison dernière ?

Oui, nous avons souhaité charpenter ce staff car nous avons été un peu justes l’an dernier, avec une surcharge de travail notamment pour Gonzalo (Quesada). Et puis, je crois que nous avons besoin d’avoir une variété de voix qui s’expriment autour de l’entraînement, d’une plus grande variété d’idées qui vient de la diversité du staff, de ses origines, de son expérience, de son vécu. L’arrivée de Greg Cooper rentre dans ce cadre-là. D’abord, il va soulager Gonzalo au quotidien dans ses tâches. Ensuite, il va apporter une autre voix, une autre vision, de nouvelles idées, une façon différentes de regarder le rugby. C’est toujours enrichissant de voir un garçon comme lui qui a connu un autre rugby arriver pour enrichir un staff, sachant que sa vision du jeu est cohérente avec celle de Gonzalo (Quesada).

A contrario, vous n’avez recruté qu’un seul joueur, Alipate Ratini. Pourquoi ce choix ?

C’est clairement la direction dans laquelle je veux aller. Pour moi, la stabilité, c’est bien. Déjà l’an passé, nous n’avions pas beaucoup recruté. Je crois beaucoup à la cohésion de l’équipe avec peu de changement, des joueurs habitués à jouer ensemble, qui se connaissent, qui ont des réflexes, des habitudes. Pour moi, c’est un avantage d’avoir un effectif stable. Et puis, nous n’avons pas identifié de carences majeures au sein du groupe. Il n’y avait donc pas besoin de renforcer davantage l’équipe.

Le fait de ne pas disputer la Champions Cup a-t-il été déterminant dans le choix de ne pas recruter plus ?

Quand bien même nous aurions joué la Champions Cup, il n’y aurait eu plus de recrutement. Aujourd’hui, avec 38 joueurs sous contrat professionnel, nous sommes parmi les clubs les plus fournis. C’est un effectif riche.

Quels seront les objectifs du Stade français cette saison ?

Ce sera d’être parmi les six qualifiés pour la phase finale du Top 14 et d’accrocher au moins un quart de finale en Challenge Cup.

La Challenge Cup demeure malgré tout un objectif ?

Oui, mais de deuxième niveau. Nous ne l’avons jamais gagné, malgré deux finales. C’est une compétition qui, par le passé, a permis à de nombreux joueurs de se révéler. Les jeunes auront probablement encore l’occasion de se montrer. Et puis, encore une fois, je pense que nous avons un effectif important qui nous permet de jouer sur les deux tableaux. Maintenant, je reconnais que priorité sera donné au Top 14.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?