[SAGA PRO D2] Bissuel, un capitaine revanchard

  • [SAGA PRO D2] Bissuel, un capitaine revanchard
    [SAGA PRO D2] Bissuel, un capitaine revanchard
Publié le , mis à jour

Capitaine en début d’exercice, le talonneur, Luc Bissuel, a été contraint de jeter l’éponge au mois de janvier après une blessure à l’épaule. Désormais rétabli, il est impatient de retrouver les terrains.

Voilà deux ans qu’il a paraphé son premier contrat au sein de l’USC. Luc Bissuel, le bouillant talonneur revendiquant le quintal sur la balance et un mètre quatre-vingts sous la toise s’apprête ainsi à vivre sa troisième saison sous les couleurs audoises. Après vingt-neuf rencontres officielles sous sa nouvelle tunique, il a légitimement conquis le cœur des inconditionnels du maillot jaune. Mais avant de poser ses bagages avec sa famille, au pied de la célèbre cité, la route qui mène à Albert-Domec est passée tout d’abord par Roanne où il a vu le jour le 9 septembre 1988. Sur les bords de la Loire, son papa fut un excellent joueur au sein de l’ASR lorsque cette dernière fit une éphémère apparition en Groupe B lors de la saison 1975-1976.

Un papa qui lui a transmis sa passion ovale. Cette dernière a pris un peu plus de surface lorsque ses parents ont aménagé à Montréal-du-Gers. « J’ai intégré l’école de rugby de Condom. Ensuite, j’ai rejoint le FC Auch en cadets. Jusqu’en juniors, j’ai évolué au poste de troisième ligne. En espoirs, Grégory Patat et Julien Sarraute m’ont conseillé de me reconvertir au talonnage pour pouvoir prétendre à une carrière professionnelle. J’ai relevé le défi et je ne le regrette pas. Cette année, ça sera ma septième saison consécutive en Pro D2 et j’espère qu’elle sera plus accomplie que la précédente », résume Luc Bissuel.

Bayonne, le 22 janvier

La saison écoulée a été en quelque sorte celle d’un rendez-vous manqué. « Je n’ai joué que onze matchs, j’ai eu la chance toutefois de marquer deux essais lors de la réception de Montauban (victoire 21-17, N.D.L.R.). À Bayonne le 22 janvier dernier, j’étais ce soir-là capitaine, le tendon de l’épaule droite a cédé, je n’ai pas pu éviter l’opération, ce qui a mis un terme à ma saison. Je me suis retrouvé dans les tribunes et je ne cache pas que j’ai énormément souffert de voir les copains s’échiner à prendre des points pour obtenir le maintien. »

Un exercice 2016 que l’ancien Auscitain souhaite ranger dans l’armoire des mauvais souvenirs. « Tant pour le club que pour moi, ce fut une saison très difficile. On se construit aussi dans la difficulté. Au sein du club, nous nous sommes renforcés à tous les postes. Nous pouvons faire quelque chose de positif. Il faut arrêter de se considérer comme un petit club. Pour ma part, j’ai retrouvé les sensations à l’entraînement. Maintenant, il me tarde de retrouver l’herbe verte, le vestiaire et le son des crampons. Mon dernier match à Bayonne n’est plus qu’un souvenir. » Le premier exercice à balles réelles aura lieu le 5 août à Ernest-Wallon face à Vannes. Luc espère plus que tout être coché sur la feuille de match comme titulaire. Le talonneur de l’USC a soif de revanche et de l’énergie à revendre.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?