[SAGA TOP 14] Effectif : de la polyvalence derrière pour Toulouse

  • [SAGA TOP 14] Effectif : de la polyvalence derrière pour Toulouse
    [SAGA TOP 14] Effectif : de la polyvalence derrière pour Toulouse
Publié le , mis à jour

Afin de poursuivre sa transition, le Stade a surtout recruté derrière.

Arrières :

Un titulaire indiscutable se dégage en la personne de Maxime Médard. Irréprochable et décisif tout au long de la saison passée, il fait désormais preuve d’une grand maturité et s’affirme comme un cadre du groupe. Opéré d’une épaule et d’un poignet, il ratera toutefois le début de saison.

Plusieurs joueurs polyvalents peuvent le suppléer, comme Yoann Huget, Alexis Palisson, Sofiane Guitoune ou même le jeune Jarrod Poï.

Ailiers :

La concurrence s’annonce féroce, avec le retour de Yoann Huget derrière une saison blanche après sa blessure lors du Mondial. Frais physiquement et mentalement, il pourrait s’imposer comme LA recrue de l’intersaison. Sofiane Guitoune débarque avec un statut d’international et entend le prouver. Après les jeux Olympiques, qu’il dispute avec France 7, il apportera sa vitesse et ses qualités de finisseur. Autre élément important, Paul Perez, aura une carte à jouer. Joker médical de Huget l’an dernier, son profil plus puissant lui permet d’offrir d’autres garanties. C’est en ce sens que le staff l’a prolongé.

Reste aussi Alexis Palisson qui, s’il n’a pas toujours été un premier choix lors de la saison précédente, a montré qu’il était capable de retrouver son meilleur niveau. Enfin, Semi Kunatani, après un exercice de rodage, devrait faire parler ses jambes et ses crochets. Arthur Bonneval peut dépanner.

Centres :

S’il est un garçon qui a pris une dimension énorme, c’est bien Gaël Fickou. Puissant, rapide, habile, il est un des centres les plus performants du championnat, en plus d’être l’un de ses joueurs les plus efficaces. Cette saison, il sera une plaque tournante de la ligne de trois-quarts toulousaine. à ses côtés, Florian Fritz demeure une valeur sûre. Formidable défenseur, étonnant offensivement et respecté du vestiaire, il part avec une longueur d’avance sur la concurrence. Il fera aussi partie des capitaines stadistes.

Dans un registre similaire, Yann David a tout pour franchir un cap. Son physique sans égal devrait faire des ravages dans les défenses adverses à condition de l’épargner en termes de blessures. Toby Flood et Luke McAlister pourraient être amenés à évoluer premier centre selon les besoins. Les jeunes Arthur Bonneval et Jarrod Poï tenteront de tirer leur épingle du jeu.

Ouvreurs :

Sur le papier, ils sont trois à postuler. Luke McAlister, choix numéro un sur la fin de saison, sort d’un exercice trop inconstant. Le All Black, malgré un talent encore visible sur le terrain, doit retrouver sa régularité s’il veut s’imposer. Derrière lui, Toby Flood a connu des derniers mois particuliers. Irrésistible jusqu’en fin d’année 2015, il a ensuite sombré. à tel point qu’une grosse incertitude entoure aujourd’hui son statut.

Et Jean-Marc Doussain pourrait en profiter. à chaque fois que le staff a fait appel à lui, il a su répondre présent. Outre son influence sur le groupe, le joueur apporte de nombreuses garanties, notamment défensives.

Demi de mêlée :

Sébastien Bezy est devenu le patron à ce poste. Vif et rapide, il est l’accélérateur de jeu qui correspond au sytème prôné par le staff, en plus d’être devenu son buteur privilégié. Il doit toutefois se montrer plus impérial dans les grands rendez-vous. S’il sera souvent amené à évoluer en numéro dix, Jean-Marc Doussain reste un gage de sécurité à la mêlée également. Dans un style plus physique, il est le complément idéal de Bézy.

Mais attention à Samuel Marques, dont la saison aboutie à Pau ne demande qu’à être confirmée. Joueur complet et buteur efficace, il aura son mot à dire.

Numéros 8 :

Le départ de Louis Picamoles laisse la place libre pour Gillian Galan. Auteur d’une excellente fin de saison, il doit poursuivre sur sa lancée et franchir un cap. Surtout que sa capacité à amener de la continuité derrière lui peut s’avérer très utile.

Son remplaçant devrait être le surpuissant Edwin Maka. S’il peut aussi monter en deuxième ligne, il devrait être fixé en numéro huit où son physique hors normes doit faire des ravages (même s’il sera blessé en début d’exercice). Le jeune François Cros est capable de prendfre le relais en cas de nécessité.

Troisième ligne aile :

S’il a demandé à prendre du recul par rapport à ses responsabilités dans le groupe, Thierry Dusautoir aura à cœur de réaliser une grande saison pour ce qui pourrait être sa dernière comme joueur. Formidable combattant, il a les moyens d’emmener le reste de l’équipe dans son sillage. Le prometteur Yacouba Camara, une fois revenu de blessure (genou), continuera sa montée en puissance. Très mobile, il est un lien capital entre les lignes.

Impressionnant l’an passé, Talalelei Gray sera encore une pièce maîtrsse par son activité. L’arrivée de Piula Faasalele devrait apporter une dimension plus pénétrante à cette troisième ligne. L’éternel Gregory Lamboley sera toujours précieux pour sa science des airs. Enfin, Carl Axtens et François Cros, qui a montré de belles choses ces derniers mois, chercheront du temps de jeu.

Deuxième ligne :

Le recrutement de Richie Gray apporte une nouvelle dimension à ce secteur. Exceptionnel en touche et très actif dans le jeu, il devrait être incontournable. Comme l’est déjà Yoann Maestri dans un registre différent, à savoir celui de guerrier. Exemplaire dans le combat, il a aussi pris du galon dans le vestiaire.

Pour les accompagner, Patricio Albacete va revenir de sa blessure au genou avec la ferme intention de terminer son aventure toulousaine sur une jolie note. Et Joe Tekori, l’un des joueurs les plus doués du Top 14 à son poste, sera une nouvelle fois un atout de poids.

Piliers :

A droite, Census Johnston devrait disputer son ultime exercice stadiste. Mais au vu de ce qu’il a montré l’an passé, il restera sûrement le premier choix. Pour le suppléer, le staff a misé sur le Sud-Africain Maks Van Dick, tout droit débarqué des Cheetahs. Alors qu’il n’a que 24 ans, c’est aussi un pari pour l’avenir.

En ce sens, Dorian Aldegheri, qui ne cesse de progresser, va également poursuivre son ascension. à gauche, la bataille s’annonce rude. Si Vasil Kakovin, par son profil complet, part avec une longueur d’avance, l’expérimenté Springbok Gürthro Steenkamp et le mobile Cyril Baille seront bien plus que des réservistes.

Talonneurs :

Le staff a misé sur l’expérience et l’assurance de l’international italien Leonardo Ghiraldini pour accompagnner les prometteurs Julien Marchand et Christopher-Eric Tolofua. Le Transalpin pourrait être le taulier du poste mais l’encadrement compte sur ses deux jeunes.

Marchand pour sa régularité et Tolofua pour son dynamisme dans le jeu.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?