Irrésistibles, ces Hurricanes !

  • Irrésistibles, ces Hurricanes !
    Irrésistibles, ces Hurricanes !
Publié le , mis à jour

Les Hurricanes, finalistes malheureux de la dernière édition, présenteront de solides arguments en finale du Super 18, samedi soir. Aux abris !

Finalement, il serait tentant de réduire le succès des Hurricanes au talent de deux joueurs extraordinaires, Beauden Barrett et Ardie Savea. Le premier nommé, ouvreur de la province de Wellington, est actuellement dans la forme de sa vie. Dôté d’une lecture de jeu supérieure à celle des autres, d’une vitesse irréelle et, surtout, d’une technique individuelle sans faille, ledit Barrett est indéniablement le meilleur demi d’ouverture de la planète. « Beauden est l’attaquant par excellence, nous confiait l’ancien All Black John Kirwan au terme de la première demi-finale. Devant son public, il a largement gagné son tête à tête avec Aaron Cruden, le maître à jouer des Chiefs. Dans le pays, on parle tous beaucoup de la vitesse de Barrett mais ce qui me frappe surtout, chez lui, c’est la précision et la vivacité de sa passe. Aucun autre ouvreur n’est dôté d’une telle arme. » Dès lors, comment imaginer que Cruden, jusqu’ici considéré comme le successeur désigné de Dan Carter chez les All Blacks, puisse conserver ce statut face à la menace qu’incarne aujourd’hui son grand rival des Hurricanes ?

Un cri de guerre : « Hardi » Savea !

Aux côtés de Barrett, difficile de rester insensible aux performances magnifiques d’Ardie Savea, le jeune flanker des « Canes ». Ces derniers mois, le frère cadet de l’ailier international Julian (celui-ci, hors de forme, est actuellement remplaçant chez les Hurricanes) marche en effet sur l’eau. Vous ne connaissez pas encore Ardie Savea ? Vous comprendrez, en regardant la finale du Super Rugby samedi soir, pourquoi le contrat du flanker de Wellington vient d’être verrouillé par la Fédération néo-zélandaise jusqu’en 2018. Très rapide, explosif, gros défenseur et à l’aise dans le combat au sol, Ardie Savea ne semble aujourd’hui disposer de la moindre lacune. À son sujet, l’immense Josh Kronfeld, flanker des All Blacks dans les années 90, analysait samedi soir : « Le pouvoir de nuisance d’Ardie Savea est éloquent dans le jeu au sol ou en défense. Mais sa grande force réside surtout dans sa capacité à prêter main forte à ses trois-quarts, sur les extérieurs. Il est le flanker le plus rapide du Super Rugby. Il crée des brèches énormes sur les largeurs. » Steve Hansen, le coach des Tout Noir, doit-il associer le frère cadet de Julian à Sam Cane ou carrément déloger le flanker des Chiefs pour laisser le numéro 7 à Savea ? Drôle de débat, auquel « Shag » répondra au coup d’envoi des Four-Nation.

La réussite de John Plumtree

Depuis que John Plumtree, l’ancien boss des Sharks, a pris en mains la franchise de Wellington, les Hurricanes semblent invincibles. Après avoir comptabilisé l’an passé quinze victoires en dix-huit matchs, ils devraient aujourd’hui réussir là où ils avaient échoué l’année dernière face aux Highlanders, soit en finale de la compétition. John Kirwan poursuit : « Les grands joueurs gagnent les grands matchs mais c’est l’intelligence tactique d’un coach et elle seule qui gagne un tournoi. En deux ans, John Plumtree et son adjoint Chris Boyd (en charge deu secteur offensif, N.D.L.R.) ont offert à cette équipe un langage commun et une variété infinie de lancements de jeu. Les Hurricanes sont une équipe tout terrain, capable d’évoluer avec brio sous des trombes d’eau à Hamilton comme sous la chaleur de Perth. »

Irrésistibles à bien des égards, les coéquipiers de Beauden Barrett et Ardie Savea rappellent à leurs fans la grande équipe du début des années 2000, au sein de laquelle Jerry Collins, Tana Umaga, Christian Cullen, Jonah Lomu et Chris Masoe brillaient de mille feux.

Par Gregor Paul, correspondant (avec M.D)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?