Le Lou prend de la hauteur

  • Le Lou prend de la hauteur
    Le Lou prend de la hauteur
Publié le , mis à jour

Durant une semaine les Lyonnais ont pris leur quartier à 2500 d’altitude, à Tignes.

On peut se demander si les joueurs du Lou ont pris le temps d’admirer le panorama qui s’offre à eux depuis le stade de Tignes, au pied du glacier de la Grande Motte. Depuis leur arrivée dans la station savoyarde, au lendemain de leur premier match amical contre Bourgoin, l’encadrement ne leur a pas beaucoup laissé le temps de souffler. « Lundi ça a piqué. Nous avons eu droit à un gros programme physique », témoigne Alexandre Menini, l’un des derniers arrivés. « Depuis la reprise nous avons beaucoup travaillé. Tout le monde s’est investi. Nous savons pourquoi nous sommes là et que ce travail paiera durant la saison », ajoute Agustin Figuerola.

Intégration et préparation

Même les déplacements dans la station s’inscrivent dans cette préparation, chaque joueur disposant d’un VTT. À 2 200 mètres d’altitude, tous les efforts comptent. « On mesurera les effets de l’altitude un peu plus tard. Une semaine c’est court, mais ce que nous faisons ici va dans la continuité du travail réalisé à Lyon où nous disposons d’une chambre hypoxique. Nous avons pris cette option de l’altitude et si elle nous permet d’augmenter de 5 % le potentiel des gars, nous aurons gagné », souligne Pierre Mignoni qui, dans un premier temps, préfère quantifier en d’autres termes les bénéfices du travail réalisé par son groupe à Tignes : « C’est à la fois un stage d’intégration et de préparation. Je ne suis pas inquiet sur les joueurs que nous avons choisi de recruter. Dans le groupe, chacun sait comment ça marche. Je suis heureux du sérieux dont les gars font preuve dans ce long travail de préparation. Ils sont au cœur de notre projet. Nous, nous ne sommes là que pour leur donner tous les moyens pour qu’ils se retrouvent dans notre système de jeu, pour qu’ils soient heureux. J’étais déjà venu à Tignes avec Toulon et c’est ce qui a guidé mon choix. Faire un stage parce que tout le monde le fait ne m’intéresse pas. Ce que j’attends c’est que les joueurs se sentent bien ensemble, qu’ils se lâchent. Je suis convaincu que si les joueurs sont dans un endroit où ils se sentent bien, où il y a des choses à faire, c’est beaucoup mieux pour le groupe. Avec l’esprit détendu, c’est encore plus facile de se parler et de s’intégrer. »

La cerise sur le gâteau aurait été de pouvoir conclure ce stage par un match amical, d’autant que l’équipe de Worcester partage, depuis le milieu de la semaine, les installations tignardes avec le Lou. Mais les Warriors ont pris une autre option, les Lyonnais aussi : « Nous conclurons notre séjour par un match entre nous vendredi », explique leur manager.

« Ce sera une saison difficile »

À Tignes, les Lyonnais ont commencé à poser des bases que Pierre Mignoni entend bien maintenir et consolider : « On retrouve des joueurs avec le sourire, ils prennent du plaisir. C’est ce que je souhaite voir toute l’année. Ce sera une saison difficile et notre objectif sera de performer. »

Autour du terrain, les vacanciers s’adonnent au tir à l’arc ou reviennent de randonnée. Certains s’arrêtent, reconnaissent Frédéric Michalak parmi la quarantaine de joueurs à l’entraînement. Le Lou est au travail, avec sérieux, application mais dans une ambiance détendue. À peine la séance d’entraînement terminée, les joueurs reprennent leur VTT pour rejoindre l’hôtel. Deux d’entre eux font une petite halte au bord du ruisseau qui descend du glacier pour rejoindre le lac un peu plus bas, le temps d’une séance improvisée de cryothérapie cent pour cent nature. De retour en Top 14 le Lou se prépare à prendre de la hauteur.

Par Jean-Pierre Dunand

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?