Huit licences bloquées

  • Huit licences bloquées
    Huit licences bloquées
Publié le , mis à jour

Repêché après sa relégation administrative, le CSBJ doit faire face au blocage de huit licences à l’aube de cette nouvelle saison. Une situation que le club isérois assure pouvoir régler dans la semaine.

Repêché par la commission d’appel de la FFR à la mi-juillet après avoir été rétrogradé financièrement par la DNACG au mois de mai, Bourgoin n’en a pas fini de ses ennuis financiers. En effet, le président Pierre-André Haffner a été informé ces derniers jours par la Ligue nationale de rugby que huit licences de joueurs étaient bloquées, temporairement pour le moment. La raison ? Un nouveau problème de garanties financières que doit apporter le CSBJ alors que le championnat débute dans trois semaines, le week-end du 26 août.

Une situation qui n’étonne pas au club, où l’on craignait qu’une dizaine de licences, voir plus, soient confisquées par le gndarme financier de la Ligue. Il ne s’agit pas d’une première pour le club ciel et grenat, qui avait vu une quinzaine de licences bloquées à l’intersaison 2009 et quatre autres en 2011. Interrogé par nos soins ce week-end, le président Haffner a confirmé l’information mais s’est montré confiant quant à la situation, qu’il assure pouvoir régler « dans la semaine ». Il faut faire vite en effet : en l’état, les huit joueurs, dont les noms n’ont pas été communiqués mais qui pourraient être les derniers à s’être engagés avec le club (espoirs comme professionnels), ne peuvent pour l’instant pas participer au Pro D2. S’ils veulent être autorisés à prendre part à la phase aller du championnat, leur situation doit impérativement être régularisée au moins quinze jours avant la première rencontre, à Romans face à Colomiers, soit ces jours-ci.

L'ombre de Pierre Martinet

Initialement rétrogradé pour un déficit estimé entre 800 000 et 1 million d’euros il y a deux mois et demi, le CSBJ a gagné le droit de rester dans le rugby professionnel français mais doit donc encore apporter des garanties. D’où viendront-elles ? En Isère, le retour de l’ancien mécène émblématique du club, Pierre Martinet, dans l’entourage du président n’a échappé à personne. Il était d’ailleurs présent à Pierre-Rajon pour le match amical contre le Lou, il y a dix jours. Un signe ? De quoi, en tout cas, réveiller les souvenirs, jusqu’alors bien endormis, des belles années ciel et grenat (Pierre Martinet était à la tête du club de 1996 à 2009) et permettre au public isèrois de rêver de stabilité, après des années de galères financières.

Par Pierrick Illic-Ruffinati et Emilie Dudon

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?