« Nous repartons sereinement »

  • « Nous repartons sereinement »
    « Nous repartons sereinement »
Publié le , mis à jour

Bertand Guiry - Troisième ligne L’ancien joueur de l’USAP et de l’UBB nous a confié ses impressions avant une saison qui pourrait être celle du redressement.

À 28 ans, Bertrand Guiry fera bien sûr encore partie des cadres du BO qui espère bien jouer le haut du tableau la saison prochaine. Il fait partie des joueurs qui ont un bon passé en Top 14 sous les couleurs de Perpignan et de Bordeaux-Bègles (129 matchs d’élite).

Pourquoi n’avez-vous pas joué le match amical contre Bordeaux ?

La semaine d’avant, juste avant le premier match contre Dax, je me suis fait une lésion musculaire à l’adducteur. C’était trop juste pour revenir contre l’UBB. Même si j’avais très à cœur de jouer contre mon ancien club et mes copains de Bordeaux, je me suis souvenu que l’an passé, à la même époque, j’avais eu le même genre de blessure aux ischio-jambiers et j’en avais eu pour deux mois. J’ai donc choisi de ne pas prendre de risque et de prendre mon mal en patience. A priori, je serai opérationnel pour la reprise du Pro D2.

Qu’avez-vous pensé des deux premiers matchs amicaux du BO ?

Les deux résultats n’ont pas été favorables, mais j’ai quand même vu une progression entre le premier et le second match. Contre Dax, nous avons été brouillons et maladroits, je pense que les joueurs étaient fatigués de la préparation et du stage que nous venions juste de terminer. Contre Bordeaux, une équipe évidemment plus complète, nous avons fait une bonne première mi-temps. Je pense que nous avons rivalisé grâce à notre cohésion, notre organisation défensive et aussi notre intensité dans les contacts. Après, en deuxième période, nous avons eu plus du mal sur le plan physique, et puis nous avions pris un carton jaune plus un essai de Yann Lesgourgues juste avant la pause. Mais je le répète, l’amélioration était incontestable entre la première et la deuxième sortie. C’est le plus important.

On a aussi vu Biarritz marqué deux essais sur des ballons portés après touche. Contre un pack de Top 14, ce n’est pas si mal, non ?

Oui, c’est un point qui nous était déjà très favorable l’an passé. Et je pense que notre nouvel entraîneur des avants (Frédéric Garcia, N.D.L.R.) tient beaucoup à s’appuyer sur cette phase de jeu.

Comment voyez-vous la prochaine saison du BO par rapport aux exigences du Pro D2 ?

J’espère que nous serons sur la continuité de la fin de saison dernière. En 2015-2016, notre début de saison nous avait coûté cher, mais je ne vais pas revenir là-dessus. Ensuite, nous avions commencé à mettre en place des séquences très intéressantes. Mais il nous a manqué pas mal de régularité. Il est sûr que notre jeu va s’appuyer sur un gros pack, une bonne mêlée et des mauls performants. Je pense que chez les trois quarts, nous avons recruté de bonnes individualités, et la méthode Darricarrère est désormais bien en place. D’après ce que je vois à l’entraînement, je pense que nous allons monter d’un niveau. Nous sommes sur la bonne voie.

Avez-vous été rassurés après l’affaire de la rétrogradation, puis le repêchage du club par la DNACG ?

Oui, nous repartons sereinement. Nous avons été mis rapidement au courant de la situation exacte et ça nous a évité de gamberger.

Quels objectifs les dirigeants vous ont-ils donnés ?

Oui, nous avons l’ambition d’accrocher une qualification.

On suppose qu’on attend quelque chose de particulier de vous en tant qu’ancien du Top 14 ?

Naturellement, les joueurs qui ont un peu plus de vécu, doivent encadrer les plus jeunes. Mais ces choses font se mettre en place naturellement. Un capitaine a été nommé, Maxime Lucu. Il est très à l’aise dans ce rôle et nous serons là pour le mettre dans les meilleures conditions. En plus, nous avons reçu le renfort de quelques joueurs d’expérience comme Fabien Fortassin et David Roumieu. L’expérience du haut niveau, c’est aussi ce qui nous avait fait défaut la saison dernière.

Comment jugez-vous les caractéristiques du Pro D2 après une saison de découverte ?

Certaines séquences sont du même niveau que celles du Top 14. Mais elles sont un peu moins fréquentes, c’est vrai. Il y a aussi une différence d’arbitrage. Même si ça s’améliore, je le trouve un peu brouillon, notamment sur les regroupements.

Avez-vous des souvenirs forts de la saison dernière même si les résultats ont été chaotiques ?

Oui, malgré la défaite, j’avais pris du plaisir lors du derby contre Bayonne à Jean-Dauger, un match joué dans une ambiance exceptionnelle et nous avions fait un très bon début de match face à une très belle opposition. Je me souviens aussi de deux belles victoires à l’extérieur contre Béziers qui était deuxième à ce moment-là et à Narbonne.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?