Lapandry : « C’était plus dur de s’en relever »

  • Lapandry : « C’était plus dur de s’en relever »
    Lapandry : « C’était plus dur de s’en relever »
Publié le , mis à jour

Le troisième ligne de Clermont nous parle de la préparation de l’AS Clermont.

Comment jugez-vous l’état du groupe avant ce match de préparation ?

Notre préparation me paraît bonne. Elle est courte et intense. Mais l’équipe est habituée à avoir des intersaisons courtes et à des journées bien remplies. La précédente était à peu près similaire.

L’ASMCA a effectué une seule rencontre de préparation. Cela peut-il être préjudiciable ?

Disons que deux matchs amicaux te permettent d’effectuer une revue d’effectif plus large. Mais je ne pense pas que le fait de n’en disputer qu’un va nous desservir. Le principal objectif de cet été était de travailler un maximum physiquement. La rencontre à venir va nous permettre de retrouver le terrain, les contacts, le rythme de la compétition… Cela reste indispensable avant de basculer vers le championnat.

Il y a seulement trois recrues à intégrer lors de cette intersaison. Comment percevez-vous cette stabilité ?

Il y avait eu un nombre important de rotations les été précédents. C’est vrai que c’est année est marquée par une continuité au sein de l’effectif. à mes yeux, c’est une bonne chose. Ce groupe a tout de même terminé premier de la saison régulière et a été en demi-finales. Cela prouve sa qualité. S’il continue sur cette lancée, ce Clermont-là peut tout à fait briguer des titres.

Le scénario de la défaite en demi-finale face au Racing 92 a-t-il rendu la page encore plus dure à tourner ?

Oui, j’ai senti qu’il était plus dur de s’en relever. C’est marquant d’être éliminé avec un dénouement aussi cruel. C’est toujours dans un coin de la tête mais je n’y pense pas non plus tous les matins. Sinon tu finis par tomber dans la sinistrose…

Estimez-vous que la saison 2015-2016 est votre plus fournie sur le plan personnel ?

Sur le temps de jeu, peut-être pas car j’avais eu des saisons bien remplies auparavant. Mais en termes de responsabilités au sein de l’effectif, ça l’est. Les entraîneurs m’ont accordé une grande part de confiance. J’ai essayé d’apporter davantage et de donner mon avis, surtout sur la touche. J’ai apprécié d’avoir à assumer ce leadership que je n’avais pas avant. Cela ne m’a pas changé pour autant. J’ai abordé ces missions me prendre la tête. Ce n’est pas dans ma nature d’en rajouter.

Quels objectifs vous fixez-vous ?

Nous devons rester ambitieux. Avec l’effectif qui est le nôtre, il faut avoir comme but de gagner des titres. Tous les efforts consentis cet été et tout au long de l’année sont faits justement pour être champions de France et d’Europe. La Champions Cup avait été tout particulièrement frustrante la saison passée. Il nous faudra aller plus loin que la phase de poule cette fois.

Et personnellement, à quoi aspirez-vous ? Après deux saisons loin du XV de France, un retour est-il espéré ?

J’espère apporter encore plus à mon équipe et terminer la saison avec un trophée. Après, concernant les Bleus, je ne vais pas vous mentir en disant que je n’y pense pas. J’ai eu la chance d’y être et de vivre de très bons moments en sélections. Cet objectif ne me pollue pas la tête mais c’est une belle source de motivation. Si ça arrive, ce ne serait que du bonus. Si ça n’arrive pas, je le respecterai. Je me dis que j’ai déjà la chance d’évoluer dans un des meilleurs clubs français et d’y jouer beaucoup. 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?