[Saga Marmande] Julien Bouic : « Une rigueur maximale »

  • [Saga Marmande] Julien Bouic : « Une rigueur maximale »
    [Saga Marmande] Julien Bouic : « Une rigueur maximale »
Publié le , mis à jour

Julien Bouic, entraîneur principal, au terme de sa belle aventure avec le RACA, replonge dans un autre challenge excitant.

Le duo que vous formez avec votre cousin Guillaume est-il le fruit du hasard ou d’une volonté ?

Jérémy Dumont nous a mis en contact avec Jacky Arpoulet qui nous a proposé ce poste. Avec Guillaume, nous ne formions pas un tandem constitué, mais l’été dernier, aux fêtes de Captieux, nous avions coaché ensemble une sélection régionale face à la sélection de Gascogne de Régis Sonnes et nous avions pris du plaisir à le faire. Cela nous trottait dans la tête mais c’est arrivé prématurément et tant mieux. On a fait le recrutement ensemble, on bosse, c’est bien. C’est l’école capsylvaine. (rires)

Passer d’une réussite à Saint-Jean-d’Angély à la relance de Marmande, n’est-ce pas un challenge difficile ?

Non, pas du tout. Au Raca, avec Gérald Merceron, nous avions décidé d’arrêter. C’était clair dans mon esprit parce que je ne crois pas, à ce niveau, à des engagements supérieur à trois ans dans un club. Marmande, c’est vrai, est un gros challenge car cela fait quatre ans que le club est au purgatoire et qu’il a envie de relever ce défi. Avec Guillaume et l’ensemble du staff, nous sommes dans le même état d’esprit. Nous nous sommes donné les moyens nécessaires en travaillant beaucoup au quotidien. Nous sommes bien, et le stage de septembre va souder davantage le groupe.

L’USM aura-t-elle les armes pour relever son défi ?

Bien sûr, même si cette année il sera très difficile de remonter puisqu’il faut atteindre la demi-finale. Nous avons un effectif conséquent qualitativement et quantitativement, et nous devons être ambitieux dans notre jeu. Nous parlons aux joueurs de la qualification, l’objectif minimal, de la volonté de remonter ce club sur trois ans en Fédérale 1. Les joueurs sont sensibles à ce discours. Et des garçons du club comme Fred Lestrade sont restés parmi nous, et il croit au projet. À nous de ne pas trahir les mecs. Nous voulons une rigueur maximale. Chacun doit respecter la même ligne de conduite. Nous devons nous respecter entre nous et le jeu fera le reste.

Propos recueillis par G. P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?