Coetzee : « Ne plus sous-estimer ces Argentins »

  • Coetzee : « Ne plus sous-estimer ces Argentins »
    Coetzee : « Ne plus sous-estimer ces Argentins »
Publié le , mis à jour

Le boss des Boks revient sur la victoire sur le fil des siens et sur la performance des Pumas.

Comment avez-vous vécu ce match éprouvant depuis le banc ?

Ça a été difficile. Nous avons connu une très mauvaise passe durant cette rencontre, mais les joueurs ont su relever la tête grâce à leur caractère. Cependant, nous ne voulons plus revivre ce genre de situation. Nous avons été bousculés pendant cinquante minutes et avons pratiqué le rugby que nous souhaitions seulement pendant les quinze dernières minutes. Certains de nos fondamentaux ont été respectés, c’est une vraie satisfaction. J’ai également été enchanté par cette équipe d’Argentine qui a vraiment été compétitive en mêlée et dans l’alignement.

Selon vous, pourquoi votre équipe a-t-elle autant été en difficulté ?

Nous avons un tellement bien débuté la rencontre qu’on pensait se rendre le match facile et inconsciemment nous avons relâché la pression. Quand il a fallu prendre les bonnes décisions, nous ne l’avons pas fait et nous n’avons pas saisi les opportunités. Quand nous étions dans la zone de vérité, nous n’avons pu convertir ces bonnes séquences de jeu au tableau d’affichage. Ces imprécisions montrent que notre circulation de balle n’est pas encore assez bonne. Il nous a manqué du sang-froid et cet instinct de tueur, un déficit que nous devons combler. Toutefois, je suis content de cette victoire à l’arraché !

L’an passé l’Argentine a battu les Springboks à Durban et en juin vous avez perdu votre premier test-match contre l’Irlande dans cette même ville, n’avez-vous pas eu peur que l’histoire se répète ?

C’est vrai qu’il y avait un peu un air de déjà-vu même si ce test face à l’Irlande c’est du passé maintenant. Je suis satisfait du résultat mais pas des vingt minutes précédant et suivant la mi-temps, période durant laquelle nous nous sommes relâchés et manqué d’efficacité. Par exemple, quand Bryan Habana casse la ligne défensive des Pumas, tente une passe après contact à Eben Etzebeth et que Lionel Mapoe perd la balle au niveau de la ligne d’essai juste avant la pause. Nous manquons les points qui nous sont offerts. Les erreurs commencent à s’accumuler de notre côté et nous ne mettons plus autant de pression qu’en début de match. Le score n’avait pas trop d’importance mais nous avions envie de se remettre mentalement dans la rencontre pour sortir de ce moment faible.

Avez-vous été surpris par le niveau des Argentins ?

Nous ne pouvons plus sous-estimer ces Argentins, ni prétendre plus longtemps qu’ils sont une équipe en progression : ils sont désormais un adversaire de poids dans le monde du rugby. Ils nous ont battus l’an passé à Durban. Les conditions de jeu n’étaient pas évidentes aujourd’hui. J’ai regardé les deux test-matchs de l’Argentine contre la France : deux rencontres sous la pluie durant lesquels ils se sont montrés à leur avantage. Ce soir, leur jeu au pied a fait mouche.

Ce doit être rassurant d’être encore capable de gagner des matches comme celui-ci, n’est ce pas ?

Gagner est important et la façon d’aborder les tests-matchs l’est moins. Il faut s’améliorer au fur et à mesure que l’on gagne. C’est très important parce que la défaite est rarement propice au progrès. Je sais qu’aujourd’hui, nous n’étions pas à notre maximum mais il y a du mieux.

Par Ken Borland ( avec Lionel Girard)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?