Montauban se rassure, Biarritz déçoit

  • Montauban se rassure, Biarritz déçoit
    Montauban se rassure, Biarritz déçoit
Publié le , mis à jour

Malmenés en mêlée fermée, les Montalbanais ont malgré tout su serrer le jeu et s'imposent avec fermeté sur leur pelouse. Ils lancent enfin leur saison.

Par David Bourniquel

Montauban 22 – 11 Biarritz

 

Résumé de la rencontre

Dès le coup d'envoi, l'envie des Montalbanais était bien palpable. Après la déconvenue majuscule subie contre Vannes en Bretagne, les joueurs de Pierre-Philippe Lafond étaient dans l'obligation de redresser la barre. Un faux pas à Sapiac était tout simplement inenvisageable. Les Vert et Noir attaquaient donc la partie tambour-battant, prenant à la gorge des Biarrots trop timorés. Très vite, Les Montalbanais s'installaient en tête : un essai de Gauthier Gibouin sur groupé-pénétrant et trois pénalités d'Antoine Lescalmel donnaient à Montauban une belle marge de manœuvre. Les Biarrots mettaient une grosse vingtaine de minutes à sortir de leur léthargie et à entrer dans le match. Paradoxalement, c'est une infériorité numérique consécutive à un carton jaune d'Edwin Hewitt qui coïncidait avec un léger mieux dans le jeu des Basques. Deux pénalités de Fabien Fortassin permettaient au BO de tourner avec seulement dix points de retard à la pause (16-6, mt). La deuxième période partait sur un rythme très élevé, la première action durant près de cinq minutes ! Les Biarrots, trop indisciplinés, offraient à Montauban l'occasion de prendre le large. Antoine Lescalmel ne se privait pas de grappiller les offrandes (19-6, 54e). Dans une deuxième période hachée, les locaux préservaient l'essentiel : la victoire, et ce malgré une réduction de l'écart par un essai après mêlée de Sikeli Nabou. Les Vert et Noir s'imposent finalement 22-11. Avant d'aller à Aurillac, Montauban se relance idéalement dans son antre de Sapiac même s'il reste du travail, en mêlée fermée notamment.

 

Le joueur de la rencontre

Charles Gimenez. Le centre biarrot s'est montré sur tous les fronts. Dommage qu'il n'ait pas été récompensé. Très actif en attaque, où il a plusieurs fois cassé la ligne, omniprésent en défense, le numéro 13 basque a été le meilleur trois-quarts sur le pré. Altruiste, il a souvent pu faire jouer derrière lui. Malheureusement pour lui, ses coéquipiers, eux, n'ont que trop rarement pu faire briller son travail.

 

Le tournant de la rencontre

Le carton jaune d'Elvis Levi. Alors que son équipe venait de recoller à 19-11, Elvis Levi entrait sur le côté d'un regroupement et se faisait pénaliser une fois de trop. L'arbitre, M. Datas, lui donnait un carton jaune pour l'ensemble de son œuvre et ce dernier laissait ses coéquipiers au plus mauvais des moments. Pire, il permettait à Montauban de reprendre onze points d'avance à sept minutes du terme.

 

L'essai de la rencontre

La réduction de l'écart de Sikeli Nabou. C'est une réalisation un peu chanceuse, partie d'un mauvais choix stratégique des Biarrots. Sur le carton jaune de Terry Philippart, les Biarrots choisissent, contre l'avis de leur banc, d'aller en touche. Incompréhension à Sapiac tant Biarritz n'a pas été à la hauteur dans ce secteur de jeu durant toute la rencontre. Les Basques, effectivement, perdaient le ballon sur le lancer. Mais par chance, Montauban commettait un en-avant. Sur la mêlée suivante, les Biarrots trouvaient les ressources d'envoyer Sikeli Nabou dans l'en-but, pour porter le score à 19-11 et redonner un peu d'espoir aux Biarrots. Espoir de courte durée ...

 

Les meilleurs

Lescalmel, Gibouin, Byrnes, Sukanaveita ; Gimenez, Roumieu, Synaeghel, Soqeta.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?