Slimani, le drôle de match

  • Slimani, le drôle de match
    Slimani, le drôle de match
Publié le , mis à jour

Remplaçant lors des deux premières journées, il fêtera samedi face à Clermont sa première titularisation de la saison. Ironie du sort, ce sera contre son futur club.

Ce premier samedi du mois septembre aura peut-être une saveur toute particulière pour Rabah Slimani. Depuis plusieurs mois, l’information de son engagement avec l’ASM Clermont Auvergne pour quatre ans à compter du 1er juillet 2017 a fait le tour de la planète rugby. Lui, l’enfant du Stade français, arrivé en cadet dans la capitale depuis sa banlieue natale, lui qui a découvert les joies du maillot Bleu grâce ses performances sous la tunique rose, vit donc ses derniers instants au milieu des siens.

Avec le club de la capitale, il a tout connu. Des années galères, en passant l’épisode tragi-comique de la reprise par la Facem en 2011, jusqu’au Bouclier de Brennus. « Ici, c’est comme une famille », avait-il d’ailleurs dit, fraîchement sacré champion de France, au soir du 13 juin 2015. Slimani compte parmi la génération dorée du Stade français avec les Plisson, Bonneval, Flanquart ou encore Camara. Il est l’un des fleurons de la formation parisienne. Sans doute est-ce la raison pour laquelle le président Thomas Savare ne semble pas avoir digéré l’annonce du départ de son pilier droit. « C’est un échec et une déception », nous avait-il confié au tout début de l’été. Et d’ajouter : « On s’est battu pour le garder. Rabah va devenir le joueur français le mieux payé de l’histoire du Top 14. On n’a tout simplement pas voulu s’aligner sur des chiffres qui ne nous semblent pas raisonnables. Mais, c’est vraiment une déception car c’est un joueur formé au club, amené jusqu’en équipe de France. Il fait partie du groupe, de l’équipe, de la vie du club. » Des propos teintés d’amertume que n’aurait pas goûté l’intéressé. Slimani ne s’en est pas ému publiquement. Pas un mot dans la presse. L’international aux 28 sélections préfère se concentrer sur sa dernière saison à Paris. Dans l’entourage du joueur, on dit surtout que le choix de s’engager avec Clermont n’est absolument pas lié à l’aspect financier. Clermont se serait imposé à lui comme une évidence en raison de la présence de l’ASM constamment en haut de l’affiche depuis de nombreuses saisons. Un gage de sécurité probablement pour son avenir international.

« Concentré à 100 % »

Toujours est-il que samedi, il affrontera donc ses futurs partenaires. « Je n’y avais même pas pensé, assure Gonzalo Quesada comme pour mieux signifier qu’il n’est pas inquiet quant à la motivation de son pilier. Même s’il s’est déjà engagé, Rabah est attaché au club, à ses copains. C’est un vrai professionnel. Je sais qu’il répondra présent. Pas seulement contre Clermont mais durant toute la saison. » Laurent Sempéré, sans doute l’un des joueurs les plus proches de Slimani assure pour son ami, ce match aura tout de même un parfum différent : « Rabah ne prépare pas ce match comme d’habitude, mais pour la seule et bonne raison qu’il vient d’être deux fois de suite remplaçant. Pour lui, c’est quand même assez rare. On sent qu’il a faim, qu’il a vraiment envie de jouer. Et puis, Rabah, c’est un compétiteur. Il ne se projette pas si loin. Je le sens concentré à 100 % sur sa saison avec le Stade français. »

Des propos exempts de toute ambiguïté. Rabah Slimani, lui, a préféré ne pas commenter sur futur déménagement vers l’Auvergne. Simplement a-t-il confié : « Il me tarde de débuter un match. Je me sens bien car, pour la première fois depuis longtemps, j’ai pu couper à l’intersaison et effectuer une bonne préparation. Ça me démange vraiment de jouer. » Une bonne nouvelle pour le Stade français.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?