Le Stade pour créer la surprise

  • Le Stade pour créer la surprise
    Le Stade pour créer la surprise
Publié le , mis à jour

En tête après ses deux succès, le stade est partagé entre le fait de ménager les troupes et de continuer sur sa lancée.

La question est légitime : comment aborder ce déplacement au Racing 92 ? « Comme quand on rend visite au champion de France en titre, avec toute la crainte associée à cela », répond Ugo Mola. Difficile de contredire le manager du Stade toulousain. Pour autant, il ne peut éluder le fait que ce rendez-vous forcément spécial intervient derrière deux succès à domicile - qui place son équipe en tête du Top 14 avant la troisième journée - et avant la réception aussi capitale qu’épineuse de Toulon. « Oui, il y a une grosse échéance une semaine plus tard, reprend Mola. Je ne vais pas m’attarder encore dessus mais nous n’avons pas été gâtés par le calendrier de début de saison. Cela nous place dans une situation où nous sommes partagés entre l’option de ménager nos forces ou l’envie de faire un bon match pour se confronter face à la meilleure équipe de France et s’étalonner un peu. » Effectivement, la tentation de faire souffler les cadres et de se rendre sans pression à Yves-du-Manoir est compréhensive… C’est du moins ce qu’offre l’entame réussie des troupes stadistes. En ce sens, quelques joueurs, dont Thierry Dusautoir, pourraient être amenés à ne pas débuter.

« Beaucoup d’enthousiasme »

Pour autant, le risque serait de casser la dynamique créée depuis deux semaines. Alors le staff a choisi de ne pas laisser ses internationaux au repos par exemple. « Ce qui me rassure, c’est qu’on bosse très bien aux entraînements, justifie Mola. Il y a une implication et une application, notamment des gros joueurs, que je n’avais pas forcément connue. Cela génère beaucoup d’enthousiasme. Bien sûr, il faut le retrouver sur le terrain et il y a un gros travail à effectuer sur la partie offensive où nous sommes en deça de ce que nous produisions jusqu’à présent. » L’encadrement va donc profiter de cette rencontre majuscule pour concerner des hommes sur lesquels il compte cette saison. Des garçons comme Gillian Galan, touché aux cervicales en fin de préparation, ou Sofiane Guitoune, arrivé tardivement des JO, vont ainsi avoir l’opportunité de s’exprimer. Les Toby Flood, Maxime Médard ou Census Johnston, tout juste revenus de blessure, pourraient également avoir du temps de jeu. Avec eux, le Stade toulousain aura tout de même fière allure. L’art de concilier les besoins.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?