Les Montpelliérains fidèles au rendez-vous

  • Les Montpelliérains fidèles au rendez-vous
    Les Montpelliérains fidèles au rendez-vous
Publié le

Montpellier n'a presque pas tremblé face à des Bordelais vraiment médiocres.

Le résumé du match

Montpellier a respecté la tradition : cinquième victoire en six matchs de Top 14 à Bordeaux. Les Héraultais ont pris les commande à la 9eme minute pour ne plus la lâcher. Mogg a marqué sur une belle combinaison en première main et tout s'est enchaîné ou presque. Ils ont bien été aidés par une équipe de Bordeaux très médiocre, notamment en deuxième mi-temps. Les Girondins n'ont jamais su créer le danger, M. Garcès leur a pourtant donné plus de pénalités. Dès le début de la deuxième période, on sentit que la messe était dite. Montpellier prit dix points d'avance après une séquence près de la ligne. Puis Dumoulin les crucifia sur une percée droite comme un I.

 

Le tournant du match

Madigan manque sa cible... au pire moment

Auteur d'une partie correcte avec notamment cette entame où il marqua un drop d'emblée ainsi qu'une pénalité pour donner l'avantage aux siens, le demi d'ouverture irlandais de l'UBB Ian Madigan s'est ensuite illustré par un sans-faute face aux perches... jusqu'au milieu de la seconde mi-temps. À ce moment là, l'UBB comptait sept points de retard sur le MHR et une pénalité aurait permis aux hommes de Raphaël Ibanez de décrocher un point de bonus défensif. Mais le pied de l'Irlandais trembla, et le ballon passa à gauche des poteaux. Quelques minutes plus tard, le Montpelliérain Steyn creusa encore l'écart par une nouvelle pénalité, et Dumoulin marqua l'essai qui crucifia les derniers espoirs de bonus girondins...

 

L'homme du match : Demetri Catrakilis

L'ouvreur de Montpellier a été, avec ses avants, l'artisan majeur du premier succès montpelliérain. Bien aidé par un pack dominateur et une ligne de trois-quart intraitable en défense, le Sud-africain a livré une partie d'une brillante justesse, notamment dans l'alternance et l'occupation. Prenant à défaut à de nombreuses reprises le troisième rideau girondin, Catrakilis a fait le siège du camp adverse et a installé les siens dans la moitié de terrain adverse. Peu esthétique certes, mais efficace.

 

Par Simon Valzer et Jérôme Prévôt

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?