Stade Rochelais, jeunes premiers

  • Stade Rochelais, jeunes premiers
    Stade Rochelais, jeunes premiers
Publié le , mis à jour

Vainqueur à Castres, le Stade Rochelais a créé la première sensation du week-end en enchaînant un deuxième succès à l’extérieur après celui à Grenoble.

 

Une fois. Une seule fois, le Stade rochelais était parvenu à s’imposer à l’extérieur. C’était l’année de sa remontée en Top 14, sur la pelouse de l’Union Bordeaux-Bègles le 28 mars 2015 (22-21). Les Maritimes avaient aussi glané deux matchs nuls cette saison-là (à Lyon, 16-16, et à Montpellier, 15-15) et puis plus rien. Nada. Ils étaient passés tout près d’un nouvel exploit l’an dernier, au Racing 92 (19-20), à Pau (11-15) ou à Oyonnax (16-17) mais il manquait « un déclic », dixit le capitaine Romain Sazy. Qui est intervenu à l’intersaison, semble-t-il, et qui place le club rochelais à la première place du Top 14 (ex-aequo avec Brive).

 

Constance et patience

En trois journées de ce Top 14 2016-2017, La Rochelle a remporté plus de matchs à l’extérieur qu’en deux saisons entières. « On s’est dit qu’il n’y aurait plus de bières après les matchs en cas de défaite, c’est peut-être ça l’explication » , plaisante le troisième ligne. Plus sérieusement, le manager Patrice Collazo explique cette nouvelle force par « l’expérience » acquise au fil des années. « L’an dernier, on n’a jamais réussi à enchaîner deux performances consécutives.On s’écroulait toujours derrière un gros match (...) On retient les erreurs du passé. Et on a payé cher pour apprendre... Je vous rappelle qu’on avait pris 70 points à Castres l’an dernier. Alors ce qu’il ne faut surtout pas aujourd’hui, c’est expliquer le rugby à tout le monde. »

Ne comptez pas sur les Rochelais pour fanfaronner en effet. Aussi marquante soit-elle pour les observateurs, cette première place est « illusoire » selon le technicien. « C’est très bien pour le club et les joueurs mais après seulement trois journées, c’est surtout très anecdotique. On ne va pas commencer à tirer des plans sur la comète. Si on se casse les dents à domicile contre Lyon le week-end prochain après avoir fait tout ça, on passera bien pour des c... » Après le succès à Grenoble il y a dix jours (22-19), les Maritimes ne s’étaient déjà pas laissés griser : « On n’avait pas fait la java pendant 48 heures, témoigne Romain Sazy. Nous avions fêté la victoire juste après le match mais nous étions restés plutôt mesurés le lendemain. Il faut être lucides. L’appétit vient certes en mangeant et on verra bien ce qu’il se passera mais il ne faut pas oublier d’où on vient : il y a trois ans, on évoluait en Pro D2. »

 

Il n’empêche que ce début de saison canon peut ouvrir aux Rochelais de nouveaux horizons. S’ils parviennent à maintenir Deflandre inviolé (ou quasiment) durant les prochains mois, les deux succès déjà acquis à l’extérieur pourraient faire d’eux des candidats sérieux pour une place en barrages. Trop tôt pour le dire, évidemment, mais envisageable.« Il reste vingt-trois matchs », commente sobrement Patrice Collazo. Ou 24.« Non, 23 », corrige-t-il. Prudence est mère de sûreté. 

 

 

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?