Grenoble, quel panache !

  • Grenoble, quel panache !
    Grenoble, quel panache !
Publié le , mis à jour

Réduits à treize avant la mi-temps, les Grenoblois ont tenu tête à des Brivistes, invaincus jusqu'alors. Préférant les pénaltouches aux trois points, les Isèrois ont fait preuve de beaucoup de courage pour s'imposer sur le fil.

Grenoble 36 – 23 Brive

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

 

Résumé de la rencontre

Réduits à treize tout au long de la deuxième période, les Grenoblois n'ont pas mâché leur rugby et s'imposent 36 à 23. Plus vaillants, les Isèrois ont notamment profité de l'indiscipline des Brivistes (16 pénalités!) pour, enfin, lancer leur saison. Dans la chaleur du stade des Alpes, les coéquipiers de Jonathan Wisniewski ont d'abord pris les devants au score, sans réussir réellement à se défaire des Brivistes. Mais moins maladroits, les Isèrois ont pu compter sur une conquête quasi-irréprochable pour bousculer des Corréziens sans solution. Malgré ce succès, les Grenoblois restent bons derniers de ce Top14 mais, contrairement aux trois dernières journées où ils n'avaient rien montrés, ils réussissent un match plein et se donnent une vraie bouffée d'oxygène. Côté briviste, cette défaite n'a rien de dramatique, tant le début de saison avait jusqu'alors été parfait, mais les hommes de Nicolas Godignon devront oublier cette rencontre et se projeter sur la réception de La Rochelle.

 

Le joueur de la rencontre – Charles McLeod

Il avait tant manqué aux Grenoblois lors des trois premières journées. Aligné pour la première fois de la saison, Charles McLeod a une nouvelle fois prouvé qu'il était le régulateur du XV Isèrois. Capable de mettre l'incertitude dans les défenses adverses, le puncheur sud-africain n'a cessé de mettre son équipe dans l'avancée. Ciblé par les Brivistes, le demi de mêlée grenoblois a notamment subi deux fautes dans la moitié de terrain adverse, bonifiées par six points de Jonathan Wisniewski. Le point d'orgue de son festival ? Son essai (voir plus loin) plein de malice inscrit avant la mi-temps.

 

L'essai de la rencontre – Charles McLeod (39e)

Alors que Gaëtan Germain vient de remettre les deux équipes à égalité, les Grenoblois obtiennent une pénalité dans les trente mètres adverses. A la surprise générale le capitaine, Jonathan Wisniewski, choisit la pénaltouche. Choix bonifié par l'alignement grenoblois, particulièrement à son avantage ce dimanche. Après une bonne prise de balle, les Isèrois forment un maul qui progresse sur plusieurs mètres. Et alors que les Grenoblois sont à moins de deux mètres de l'en-but briviste, Charles McLeod extirpe le ballon et récompense le bon travail de ses avants. D'une course latérale, le demi de mêlée Sud-africain trouve une faille et prend Mathieu Ugalde et Kevin Buys de vitesse, pour aller inscrire le deuxième essai des Isèrois. Une réalisation pleine de malice pour un joueur qui a tant manqué au FCG.

 

Le fait du match – L'audace grenobloise

Les Grenoblois qui ne trouvaient pas le chemin du succès depuis le début du championnat auraient pu tenter de se rassurer avec cette réception du CABCL. En construisant progressivement leur succès et en prenant les points dès que ces derniers se présentaient ? Que nenni. A trois reprises les joueurs de Bernard Jackman ont préféré la pénaltouche aux trois points. Résultat ? Trois essais et une audace récompensée par le bon travail de l'alignement Rouge et Bleu, auquel il faut ajouter la malice des trois-quarts. Un succès construit de main de maître qui donne une véritable bouffée d'oxygène au FCG.

 

Le tournant du match – Triple sanction

Alors que les acteurs se distinguaient par leur discipline et l'arbitre par son autorité, la quarantième minute de cette rencontre est venue tout chambouler. A l'origine ? Une mêlée relevée et un Briviste rentré une minute plus tôt (Damien Jourdain) qui, vexé, prenait à partie son vis-à-vis (Sona Taumalolo). La suite ? Les trente acteurs se sont laissés aller à une générale digne de ce nom et les vingt deux mètres grenoblois se sont transformés en ring de boxe. Dans le lot, Sébastien Minery et ses assistants remarqueront l'attitude de Nigel Hunt. Ainsi, les deux piliers (pour avoir lancés les hostilités) et le centre (pour son implication) récolteront chacun un carton rouge. A chaud, Jonathan Wisniewski s'en prenait à l'arbitre de la rencontre. « Il y a eu 600 coups de poings et c'est nous qui prenons un rouge (en référence à Nigel Hunt) ! Ça devient fatiguant. Si tout le monde veut qu'on aille en ProD2, il n'y a qu'à le dire, comme ça on arrête de jouer ! ». Bonne ambiance...

 

Les meilleurs

Grenoble – McLeod, Wisniewski, Setephano, Battle, De Klerk.

Brive – Iribaren, Germain. Hirèche.

 

Les buteurs

Wisniewski (4P/4, 3T/3), Bosch (1P/2) ; Germain (3P/3, 2T/2).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?