Axel Muller, la bombe argentine

  • Axel Muller, la bombe argentine
    Axel Muller, la bombe argentine
Publié le , mis à jour

Moins connu que François Trinh-Duc et les autres recrues du RCT, Axel Muller est déjà en train de se faire un nom sur la Rade. Passé par le VII, comme un certain Josua Tuisova, l'Argentin de 22 ans est promis un très grand avenir à XV.

Alors qu'il ne devait arriver qu'à la fin de l'automne, Axel Muller a finalement fait le forcing auprès de la fédération argentine qui a décidé de le libérer prématurément. Ainsi, l'ailier de 22 ans a débarqué début septembre sur la Rade, au plus grand plaisir de son manager. A un poste où le RCT connaît une véritable pénurie depuis le début de saison*, Axel Muller va apporter un surplus de fraîcheur et de créativité dans une ligne d'attaque qui en manque cruellement. Celui qui n'a découvert le rugby qu'à ses seize ans (après des expériences en athlétisme, en décathlon, en lutte ou en football américain) impressionne depuis son arrivée à Toulon. De l'aveu de l'un des membres du staff, Axel Muller a surpris tout le monde de part ses qualités physiques. S'il est loin des standards habituels de son poste (96 kg pour 1m83) Axel Muller s'est d'abord illustré avec l'équipe d'Argentine à VII où il s'est mué en véritable match-winner (quarante deux essais en trois saisons sur le circuit mondial), avant d'être repéré et de signer en faveur du RCT (pour deux saisons).

 

Adaptation éclair

S'il ne maîtrise pas encore le français, Axel Muller parle un parfait anglais, qui lui a permis de rapidement trouver ses marques dans l'effectif - plus que cosmopolite - du RCT. « Je suis ici depuis deux semaines et je me suis bien adapté au jeu et au système. Les mecs m'ont beaucoup aidé, je me sens très bien. Désormais, j'espère progresser semaine après semaine ». Prêt physiquement et mentalement, les dernières interrogations pouvaient résider sur sa capacité à changer de discipline en l'espace de quelques semaines. « Passer du seven au quinze est quelque chose de particulier, surtout quand tu arrives directement un grand club comme Toulon, avec les attentes que l'on connaît. Mais j'ai conscience d'avoir une opportunité que personne d'autre n'a, en venant du VII, donc je dois en tirer le meilleur. Puis en arrivant à Toulon j'ai eu la chance de tomber sur des gens qui m'aident et me soutiennent pour m'adapter rapidement. J'ai notamment Juan (Martin Fernandez Lobbe) qui est d'une grande aide pour moi. » Et alors qu'il n'a plus joué au rugby à XV depuis la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2013, Axel Muller assure qu'il n'a pas perdu ses repères et que, même sous les ballons hauts (souvent source de divergence entre septistes et quinzistes) il n'a cessé de progresser ces derniers mois.

 

Une première réussie

Très attendu, Axel Muller a réussi des débuts en fanfare. En effet, pour son premier match de Top14, l'Argentin a inscrit son premier essai (contre-attaque de 100 mètres!) et s'est offert un premier succès en terre toulousaine. S'il admet avoir profité du bon travail de ses coéquipiers pour débloquer son compteur, le nouvel ailier du RCT ne pouvait pas rêver meilleur dépucelage. « Pour n'importe quel ailier c'est un rêve de démarrer par un essai. […] Mais avant tout je dois remercier mes coéquipiers, sans qui je n'aurais pas marqué. Ce n'est pas un essai individuel, mais je suis fier d'avoir répondu présent. J'ai eu l'opportunité de jouer rapidement après mon arrivée car les coachs m'ont bien senti et ça s'est bien passé, donc je suis très content. Maintenant je dois continuer à progresser jour après jour, afin de devenir un véritable quinziste... Mais ça tombe bien, j'adore ce jeu ! ». Lucidité et humilité pour un joueur devenu quinziste professionnel … au coup d'envoi de la rencontre face à Toulouse !

 

Juan Imhoff l'idole

Car avant de découvrir le Top14, Axel Muller a d'abord fait ses armes avec l'équipe d'Argentine à VII, au sein de laquelle il a côtoyé un certain Juan Imhoff, véritable source d'inspiration pour le nouvel ailier toulonnais. « C'est un joueur très humble, très fort et ça a toujours été mon idole. » Or samedi, face au Racing 92, même s'ils ne devraient pas se retrouver face à face (tous les deux préférant l'aile gauche) sur le terrain, Axel Muller va croiser son compatriote sur la pelouse. « C'est une opportunité exceptionnelle pour moi. J'ai beaucoup appris de Juan et maintenant je me retrouve face à lui, ça va être dingue! » Admiratif, le joueur de 22 ans ne cesse de louer les qualités de son aîné. « Personnellement ça a toujours été mon idole et je pense que tout le monde l'admire en Argentine. C'est un joueur très complet, rapide, costaud et il donne toujours tout pour son équipe, donc c'est sympa d'avoir été son coéquipier, maintenant nous n'aurons pas le même maillot dimanche. ». Et ça tombe bien car si il est dithyrambique envers Juan Imhoff, l'ailier du Racing 92 n'est pas non plus avare de compliments quand il s'agit de parler de son jeune compatriote. « Muller est un athlète sans limite. Ça va être un joueur de rugby fou. Il a des capacités physiques énormes. Il est costaud. Il n’a peur de rien ! C’est un mec qui ne craint rien », avant d'avouer qu'il aurait aimé jouer aux côtés d'Axel Muller à quinze. Mais dimanche, les deux Argentins ne porteront pas les mêmes couleurs, et même si les retrouvailles risquent d'être chaleureuses après le coup de sifflet final, nul doute que sur le terrain les deux équipes compteront sur leurs match-winners argentins. 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

 

* James O'Connor absent pour une durée indéterminée, Vincent Clerc opéré mardi et éloigné des terrains trois à quatre mois, Josua Tuisova touché à un genou après son retour des JO, Drew Mitchell et Bryan Habana appelés avec les Wallabies et les Springboks lors du Four Nations.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?