Colomiers confirme

  • Colomiers confirme
    Colomiers confirme
Publié le

Après son exploit à Oyonnax, les Columérins confirment leur forme du moment, en s'imposant (18-6) face à des Narbonnais trop indisciplinés.

Colomiers 18 - 6 Narbonne

Par Philippe Alary

 

Le résumé de la rencontre

Il est relativement simple. Les Audois font une bien meilleure entame - en termes de possession et d'occupation - mais Stéphen Brett ne peut ajuster la cible qu'à deux reprises au cours d'un premier acte équilibré. Tactiquement, les protagonistes se valent mais le voyant physique va rester au vert chez les locaux, profondeur de banc à l'appui.

 

Le fait du match - La mainmise columérine

Comme aime le répéter Bernard Goutta, le collectif détient la primauté sur l'individu. Fort de ce sage précepte le pack, soudé et homogène, s'est impeccablement structuré et a pris le dessus sur pack adverse, malgré la domination narbonnaise au cours du premier acte. Par la suite ? Les Columérins ont fait parler leur puissance à l'impact, à commencer par leur mêlée de plus en plus conquérante au fil des minutes... Au pied de Thomas Ramos de faire le reste.

 

L'action de la rencontre

Alors que le money-time approche, Narbonne, à défaut de victoire, est encore en mesure d'aller chercher le point de bonus défensif, mais doit encore inscrire un essai transformé. Mais dans l'axe comme sur au large, le pack, à l'image de Strauss, est refoulé et, sur le temps de jeu suivant, le porteur du ballon, pris en tenaille, est sifflé par l'arbitre de la rencontre. Colomiers peut se dégager en toute quiétude, ne laissant que les miettes à des visiteurs valeureux mais stériles.

 

Le joueur de la rencontre

Martin Devergie a bien mérité de se retrouver sous le feu des projecteurs. Bien placé, très à l'aise dans le rôle d'impact player souvent dévolu aux joueurs de l'hémisphère sud, le Colémurin, par ses charges incessantes a constamment poussé les défenseurs narbonnais au point de rupture. L'une des « bonnes pioches » du recrutement de l'intersaison, assurément !

 

Les meilleurs

Outre le susnommé transfuge montpelliérain, on citera une nouvelle fois Demian Panizzo au tableau d'honneur columérin. Le deuxième ligne argentin, en superforme, a mis sous pression tous ceux chargés de lui barrer la route. Pas mal non plus, la très rigoureuse prestation de Grégoire Maurino sur un registre pas toujours associé aux grandes chevauchées. Côté narbonnais, Nkinsi, Brett et Chocou ont tiré leur épingle du jeu.

 

FICHE TECHNIQUE

A Colomiers - Vendredi 20 heures - 2800 spectateurs

Arbitre : Nicolas Datas (Armagnac-Bigorre)

Evolution du score : 0-3 ; 3-3 ; 6-3 ; 9-3 ; 9-6/ 12-6 ; 15-6 ; 18-6.

 

COLOMIERS : 6P Ramos (27e, 29e, 37e, 47e, 54e, 67e)

 

NARBONNE : 2P Brett (7e ,40e)

Carton jaune : Innocente (54e)

 

COLOMIERS : 15. Ramos ; 14. Caramel, 13. Maurino, 12. Piron, 11. Sitauti ; 10. Hilsenbeck (21. Coll 63e), 9. Neveu (22. Inigo, 52); 7. Devergie (Thomas 57e), 8. Bezian, 6. Beco (Cap.) ; 5. Panizzo (18. Chartier 70e), 4. Memain (19. Fa' Amatuainu 59e); 3. Roux (23. Delmas 65e), 2. Costa Repetto (Turashvili 60e), 1. Weber (17. Dubois 58e).

 

NARBONNE : 15.Cazes (20. Fournil 70e); 14. Fekitoa, 13. Plessis–Couillaud, 12.Giorgis (22. Ravuetaki 11e), 11. Klur; 10. Brett, 9. Rouet (21. Weepu, 63) ; 7. Nkinsi, 8. Herjean (Cap.), 6. Guillaume (19. Bellafiore 58e) ; 5. Strauss (Chocou 56e-63e ; Algans 76e), 4. Manchia ; 3. Chocou (17. Falatea 49e), 2. Edmonds (16. Deligny 40e), 1. Innocente (Chocou 70e ; Courcoul 78e).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?