• Le Stade français est à poil !
    Le Stade français est à poil !
Publié le / Modifié le
XV de France

Le Stade français est à poil !

Pour son déplacement à Toulouse, le Stade français devra composer une équipe sans seize de ses joueurs, dont Alexandre Flanquart qui est toujours blessé et absent pour cinq semaines. Une vraie galère pour Gonzalo Quesada qui cherchait encore hier jeudi des solutions pour faire face.

Si le Stade français voulait assurer la promotion du calendrier des Dieux du Stade, officiellement en vente depuis le 15 septembre, il ne s’y serait pas mieux pris. Et pour cause. Pour son déplacement à Toulouse samedi, comptant pour la 6e journée du Top 14, les Parisiens seront à poil, totalement dénudés notamment au niveau de leur ligne de trois-quart. Tenez-vous bien. Will Genia ? On le savait déjà, est retenu par le Four Nations avec l’Australie. Morne Steyn et Willem Alberts ? Même tarif, mais avec l’Afrique du Sud. Jules Plisson ? Suspendu trois semaines suite à son exclusion lors de la rencontre face à Clermont. Les trois « flying » fidjiens Waiséa, Ratini et Raisuke ? Blessés. L’international Alexandre Flanquart ? La cheville en compote et probablement absent encore trois ou quatre semaines. Djibril Camara ? Déchirure d’un tendon de l’ischio lors de la 3e journée de Top 14 face à l’ASM. Paul Alo-Emile ? Une hernie discale qui va le conduire inévitablement vers une opération et une longue indisponibilité. Hugo Bonneval ? Il marche sur un jambe, la faute à une foutue entorse de la cheville. Jonathan Danty ? Opéré durant l’été d’une épaule et pas encore apte à reprendre la compétition. Le pilier Felsina et le talonneur Panis ? A l’infirmerie également. Sylvain Nicolas ? Toujours pas remis d’un choc au genou contre Castres. Même le jeune Fartass, encore jamais aperçu en Top 14, qui aurait pu dépanner sur une aile, n’est pas disponible en raison d’un blessure contractée avec les Espoirs. Et comme si, cela n’était pas suffisant, le trois-quarts centre Geoffray Doumarou, peut-être le meilleur parisien depuis le début de saison, est victime depuis le début de semaine d’une gastro-entérite et demeure très incertain pour le déplacement dans la ville rose. « En quatre ans en équipe de France, deux ans au Racing 92 et pour la quatrième année au Stade, c’est la première fois que je me trouve face à une telle situation, soufflait le directeur sportif Gonzalo Quesada, jeudi lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. J’ai vraiment du mal à organiser mon groupe pour le déplacement à Toulouse. C’est très difficile à gérer pour la continuité. » 

Depuis le début de semaine, Quesada et son staff cherchent des solutions. Si le paquet d’avants n’aura pas trop à souffrir de la situation, notamment en raison des retours de Pascal Papé et Gerhard Mostert, la ligne de trois-quarts affichera en revanche un visage « new-look ». Dans cette ligne, le jeune Théo Millet devrait être titularisé pour la première fois en Top 14. Au centre ou à l’aile ? Quesada se posait encore la question jeudi. Millet n’a que 18 ans et n’est jamais apparu sur une feuille de match au plus haut niveau. A peine compte-t-il quelques apparitions avec l’équipe de France à 7. Ainsi, plusieurs hypothèses étaient envisagées. Si Doumayrou est rétabli, Millet sera positionné à l’aile. Dans le cas contraire, Quesada réfléchissait à lancer le troisième ligne Secou Macalou, dont la vitesse est un vraie point fort, au poste d’ailier. Dans tous les cas, face à toutes ces absences, le Stade français sera à la pointe de l’innovation. Et pour cause. Pour la première fois, un club de Top 14 devrait composer son banc des remplaçants avec sept avants et un seul trois-quarts. Mais pour quel résultat ? 

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir