Toulouse brise la spirale négative

  • Toulouse brise la spirale négative
    Toulouse brise la spirale négative
Publié le , mis à jour

Après trois revers consécutifs, le Stade toulousain s'est offert un précieux succès face au Stade français ce samedi soir, à domicile (23-18). Paris glane son premier point en déplacement. 

LE MATCH

Vingt-quatre heures après leurs homologues du foot, les Stadistes ont à leur tour dominé leurs homologues parisiens. A défaut d'exploit ou de performance aboutie cette fois, Thierry Dusautoir et ses partenaires ont décroché quatre précieux points. Une nécessité impérieuse après trois défaites de suite pour des prétendants à la qualification. S'ils sont apparus à court de confiance dans la construction de leur jeu, les Toulousains ont davantage tenu le ballon et se sont montrés plus réalistes, dans le jeu au pied tout particulièrement. Sans jamais écarter le danger ni se mettre en position de décrocher le bonus offensif. Le Stade n'a donc pas retrouvé toute sa verve, loin de là, mais il s'est au moins remis dans l'avancée. A l'image de Gillian Galan et Toby Flood, auteurs de prestations convaincantes. Les Soldats rose ont de leur côté empoché un précieux point de bonus défensif grâce à un sursaut d'orgueil bienvenu en toute fin de match, concrétisé par Julien Arias. Leur premier cette saison à l'extérieur. Tout le monde s'en contentera.

 

 

LE CHIFFRE : 11

 

Les Parisiens regretteront sûrement leur inefficacité, principalement au pied. A Ernest-Wallon, ils ont laissé filer onze points face aux perches, neuf par Julien Dupuy et deux par Meyer Bosman. La faute, principalement, à un vent déroutant. En face, les Toulousains ont tout de même su le maîtriser et ont affiché un 100 % dans leurs tentatives.

 

 

L'ESSAI DU MATCH

Une petite boulette peut précéder une action de grande classe. A la 46e minute, Gilian Galan s'est retrouvé confronté à ce drôle de paradoxe : à la réception d'un jeu au pied, le Toulousain cafouille et manque de peu de commettre un en-avant préjudiciable sur ses vingt-deux mètres. Le numéro 8 se ressaisit, charge balle en main et efface plusieurs défenseurs, avec au passage un raffût dantesque sur Julien Dupuy. Il parvient à passer les bras et à transmettre à Alexis Palisson, venu à sa hauteur en bord de touche. L'ailier tape à suivre par-dessus le dernier défenseur et s'en va inscrire un essai libérateur pour tout Ernest-Wallon.

 

 

LE TOURNANT

S'il n'a pas complètement bouleversé la physionomie de la rencontre, restée relativement serrée, le carton rouge infligé à Sergio Parisse pour un plaquage dangereux sur Gillian Galan juste avant la mi-temps a tout de même facilité la tâche des Toulousains. Les Parisiens ont beau s'être démenés en seconde période en remportant ce deuxième acte, l'absence de leur numéro 8 et maître à jouer les a sans nul doute empêchés de venir véritablement contester la victoire à leur adversaire du jour.

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?