Vannes n’a plus peur

  • Vannes n’a plus peur
    Vannes n’a plus peur
Publié le , mis à jour

Le RCV a encore signé un fait d’arme historique devant l’USAP. Les deux entraîneurs l’avaient rêvé, les joueurs l’ont fait.

Vaincre l‘Usap à Vannes, c‘était le leitmotiv récurrent de toute la semaine qui a précédé le rendez-vous. Les joueurs, comme pour désacraliser la chose, la dédramatiser, ou bien tout simplement pour se persuader qu‘il y avait peut-être quelque chose de grand à réaliser, en parlaient à volonté. Dans leur bulle, lors des deux jours qui ont précédé la confrontation, ils se sont imprégnés de ce qu‘il fallait faire et surtout ne pas faire. Au final, ils ont su être à la hauteur de ce combat. Usap, géant au pied d‘argile en ce début de saison, n‘en est pas encore revenu.

9 000 cœurs à l‘unisson ont vibré lors de l‘essai de Kévin Burgaud (29e) et des points marqués par l‘artilleur de service Asley Moeké, le Néo-Zélandais. « Nous n‘avons jamais tremblé. Nous savions que cela se jouerait sur des détails. Nous nous attendions à un rude combat. Mais nous avons été présents dans les rucks et dans toutes les conquêtes. Nous avons montré que la Rabine reste pour l‘instant une forteresse imprenable », notait Kevin Burgaud. Sentiment partagé par un immense Étienne Delangle. « Nous n‘avons jamais eu peur de perdre ce match, à l‘inverse de celui disputé contre Agen. Je pense que le groupe est encore capable de mieux maîtriser son rugby. »

« Maintenant, le RC Vannes gagne contre l’Usap »

Ce dernier, aussi conscient que cette Usap-là relèverait bien un jour la tête. « La récente défaite de cette équipe devant Carcassonne n‘était pas pour nous rassurer. Au pied du mur, cette Usap venait à Vannes se rassurer et chercher des points », observait Wilfrid Lahaye, l‘entraîneur des arrières. Et de poursuivre : « Dès lors, nous étions dans l‘obligation de sortir un énorme match. Ce que nous avons fait. Je ne sais pas si tout le monde mesure bien la portée de ce succès. Le RCV a signé une très belle victoire sur un monument du rugby français et l‘équipe a donné une très belle image de ce qu‘elle est capable de faire. Aujourd’hui, le RC Vannes ne regarde plus l‘Usap, mais le RC Vannes gagne contre l‘Usap. C‘est toute la différence du match disputé précédemment contre Agen. Nous avions, face à nous, un adversaire que nous admirions, que nous respections. Cette fois, nous n‘avons pas commis la même erreur, celle d‘avoir peur face à un club entré depuis longtemps dans l‘histoire du rugby français. »

S‘agissant du bilan global de ce premier bloc, il est irréprochable. Une seule défaite (et encore sur le fil à Angoulême), deux victoires à la maison (Montauban et Perpignan) et un nul à Bourgoin. « On valide notre premier bloc avec le sentiment du devoir accompli. Nous avons été capables de prendre des points partout, y compris à l‘extérieur. Nous avons réussi notre entame de ce championnat de Pro D2 », analysait Jean-Noël Spitzer, plutôt satisfait et plus encore rassuré pour l‘avenir. Le groupe vannetais va pouvoir savourer les quatre jours de vacances qui lui sont octroyés. Reprise vendredi pour préparer le deuxième bloc. Avec autant de succès ?

Par Didier LE PALLEC

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?