Paris libéré !

  • Paris libéré !
    Paris libéré !
Publié le

Malgré une fin de match très disputée, le Stade français est parvenu à maintenir La Rochelle à bonne distance et se rassurent en vue du derby francilien. Les Maritimes, eux, quittent la capitale avec le bonus défensif.

Le résumé

Légèrement dominés en mêlée fermée mais très agressifs à l'impact, les Rochelais ont opposé une sérieuse opposition au champion de France 2015. Placés en tête par la botte de Brock James en début de rencontre, les coéquipiers de Romain Sazy eurent néanmoins toutes les peines à endiguer le réveil des Parisiens en fin de première période. Sanctionnés par un essai de Burban à la 19 eminute (lire ci-dessous), les Rochelais furent une nouvelle fois surpris par la puissance du troisième ligne international au terme du premier acte (14 à 9). À la reprise, Julien Dupuy et Brock James se répondaient au pied avant que le Stade français ne décide de mettre à mal la bête blessée. Servi par Julien Dupuy à proximité d'un ruck, Raphaël Lakafia jouait aux quilles avec les défenseurs adverses et marquait le troisième essai parisien (21 à 9). Dans la foulée, Hugh Pyle y allait de sa réalisation avant qu'Arthur Retière, décisif au ras d'un regroupement, ne lui réponde (31-19). En fin de match, les Rochelais marquaient leur deuxième essai d'un maul pénétrant d'école, privant ainsi le Stade français du bonus offensif (31-26). La Rochelle quitait Jean Bouin lesté d'un bonus défensif mérité.

 

Le fait du match

Idéalement orchestrée par Julien Dupuy, l'organisation offensive du Stade français a par intermittence retrouvé de son élégance, ce dimanche après-midi, contre les Rochelais. Pertinents dans leurs courses et très bons dans le défi physique, les soldats roses ont renoué avec le jeu qui avait fait d'eux des champions de France en juin 2015. On regrettera néanmoins que les homems de Gonzalo Quesada aient joué vingt minutes de ce match en infériorité numérique, suite aux cartons aunes écopés par Waisea et Sempere.

 

L'homme du match

On aurait pu souligner la performance de Julien Dupuy, si juste dans ses passes et son jeu au pied. On aurait pu aussi mettre en exergue la puissance de Raphaël Lakafia, la grinta retrouvée d'Arthur Bonneval ou l'hyperactivité d'Antoine Burban. Pourtant, on ne saurait passer sous silence la prestation quatre étoiles de Jérémy Sinzelle, auteur d'une passe décisive en première période et, plus génaralement, d'un match parfait dans ses relances ou sa couverture défensive.

 

L'essai du match

Ce match déroule péniblement sa dix-neuvième minute. Jusqu'ici, rien à signaler sinon un combat de chiens dans les zones de ruck et en mêlée fermée. C'est le moment que choisit donc Heinke van der Merwe pour percer la défense rochelaise au cœur. Dans les vingt-deux mètres Jaune et Noir, le pilier gauche sud-africain libère le ballon dans le bon tempo et l'action rebondit sur l'extérieur. Jérémy Sinzelle, idéalement servi par le numéro 9 Julien Dupuy, se sert alors de sa vitesse pour contourner la défense adverse, joue le deux contre un qui se présente à lui à merveille et offre un essai magnifique à Antoine Burban.

Les meilleurs : au Stade français,  Dupuy, Sinzelle, Bonneval, Lakafia, van der Merwe, Pyle, Gabrillagues et Burban ;

À La Rochelle: Vito, Aguillon, Sazy

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?