L’Usap respire un peu mieux !

  • L’Usap  respire un peu mieux !
    L’Usap respire un peu mieux !
Publié le , mis à jour

Perpignan s’est enfin remis la tête à l’endroit en livrant une prestation pas tout le temps maîtrisée mais pleine d’envie et de bonne volonté. Les Catalans reprennent des couleurs, s’adjugent le bonus offensif et se relancent dans le Pro D2.  

Le résumé du match

 

Perpignan devait se racheter en termes d’attitude et le ton fut donné d’entrée après une première pénalité concrétisée à la 6ème par Tom Ecochard. L’envie des deux équipes présentes sur le terrain s’est distinguée d’abord par quelques maladresses dont de nombreux en-avants. Mais Perpignan déterminé sur l’ensemble du match, en témoignent ses trois essais inscrits a fait respecter sa loi à domicile. Une bouffée d’oxygène bienvenue pour une équipe qui se remet dans le droit chemin après avoir perdu à domicile contre Dax et avoir sombré à Carcassonne et à Vannes. Les hommes de Christian Lanta ont montré des dispositions intéressantes que ce soit en mêlée fermée ou même dans le jeu d’attaque. Oyonnax n’a pas démérité mais bousculé dans de nombreux secteurs de jeu par un Usap rageux et opiniâtre, les hommes de l’Ain ne pouvaient guère espérer quelque chose ce soir. Indisciplinés au possible (2 cartons jaunes reçus en fin de première mi-temps en l’espace de 6 min)  Oyonnax n’a pu compter que sur ses artilleurs maison, auteur d’un sans-faute face aux perches. L’addition aurait pu être plus salée puisque l’Usap a tout de même laissé 13 pts au pied en route sur l’ensemble du match.

 

L’essai du match

 

Le troisième essai de l’Usap, synonyme de bonus offensif est une merveille du genre. Après un temps fort perpignanais et un enchaînement des avants catalans dans les 22 d’Oyonnax, Mathieu Belie rentré quelques minutes auparavant en lieu et place d’Enzo Selponi livrait une diagonale au pied pour son arrière Farnoux décalé en bout de ligne. Celui-ci se détendait, devançait son vis-à-vis oyonnaxien et saisissait le ballon pour le troisième essai de l’Usap. Aimé-Giral pouvait laisser exploser sa joie.

 

Le fait du match

 

Le bonus offensif de Perpignan est le premier de la saison pour les Sang et Or. Et les trois essais inscrits sont le fait d’avants et d’arrières, un savoureux mélange de puissance et de vivacité avec un temps de conservation à chaque fois intéressant puisque sur ces actions l’Usap aura tenu le ballon pendant plus de deux minutes.

 

L’homme du match

 

Julien Farnoux avait du feu dans les jambes ce soir et cela s’est vu. L’arrière a attaqué la ligne quand il le pouvait et il n’a pas hésité à faire parler sa pointe de sa vitesse. Il a parfois voulu trop en faire comme lorsqu’il oubliait sur son intérieur en première mi-temps un coéquipier après une percée. Mais il est le symbole de cette jeunesse catalane -comme Raphaël Carbou ou De Fauverge rentré en jeu- qui compte bien avoir son mot à dire cette saison.

 

Les meilleurs : à Perpignan : Carbou, Vivalda, Strokosch, Lemalu, Acebes, Piukala, Farnoux

À Oyonnax : Maafu, Gondrand, Sheridan

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?