Dédé, le Morlanais !

  • Dédé, le Morlanais !
    Dédé, le Morlanais !
Publié le , mis à jour

Après une riche carrière professionnelle, le plus français des rugbymen sud-africains, André Hough, ouvreur, se paye une dernière pige du côté de Morlaàs en Fédérale 2 !

Sa dernière saison professionnelle du côté d’Albi lui a laissé un goût d’inachevé. Peu de matchs joués derrière un Raphaël Lagarde marchant sur l’eau, une blessure à une épaule obligeant à lever le pied durant plusieurs semaines… Un joueur de la classe d’André Hough, 40 matchs de Top 14, 170 matchs de Pro D2 et 6 matchs de Currie Cup à son actif, ne pouvait raccrocher les crampons comme ça.

Lorsque Jean-François Vigneau et Pascal Laloo, les coprésidents de Morlaàs l’ont appelé pour lui proposer un dernier défi, l’ouvreur sud-africain a sauté sur l’occasion. Morlaàs, le Béarn, un coin de France qu’André Hough connaît bien et qui lui plaît. Il a eu le temps, lors de ses cinq saisons passées à Pau de tomber sous le charme du coin. Le joueur n’a pas hésité un seul instant : « Je n’ai pas choisi ma sortie à Albi. C’est dommage mais c’est comme ça. J’ai donc sauté sur l’opportunité offerte par le club de Morlaàs pour retrouver du plaisir sur un terrain de rugby. J’habitais tout près de Morlaàs lorsque je jouais à Pau. C’est une ville que j’apprécie beaucoup. Elle a beaucoup évolué, beaucoup grandi, depuis que j’en suis parti… »

Morlaàs est une ville en pleine mutation et son club de rugby aussi. Même s’il garde son ambiance « bon enfant » et ses valeurs de terroir, l’Union sportive Morlaàs rugby se structure et veut passer un cap. « Dédé » Hough a été immédiatement séduit : « Nous avons hâte de pouvoir profiter des nouvelles structures mises en place par le club. Nous aurons de nouveaux terrains, un nouveau stade, une pelouse synthétique. Le club est ambitieux et c’est magnifique d’être là. »

Un exemple pour tous

Du haut de ses 33 ans, le joueur est devenu rapidement une des pièces maîtresses de l’effectif morlanais. Dans l’entourage proche du club, on est déjà sous le charme du Sud-Africain, de sa sympathie et de sa bonhomie naturelle. Jean-François Taris, ancien manager toujours proche de l’US Morlaàs ne tarit pas d’éloges : « C’est un garçon charmant, qui va nous apporter beaucoup. Outre son niveau de rugby qui est bien entendu très au-dessus du lot, je remarque son humilité et sa capacité de travail, son assiduité. Beaucoup de joueurs peuvent prendre exemple sur lui. C’est un grand joueur, au sens noble du terme. » André Hough, qui d’ici deux ans, se reconvertira au sein de la communauté de communes de sa région d’adoption, compte aussi passer ses diplômes d’entraîneur de rugby. « J’ai envie de connaître l’autre face de mon sport. » Nonobstant ses origines, l’avenir de l’ouvreur se conjugue en France : « Je ne me vois pas quitter la France pour revenir au pays. Désormais, ma vie est ici ! »

Par David BOURNIQUEL

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?